BFMTV

Covid: des médecins réclament des "mesures drastiques" pour éviter une deuxième vague "plus difficile"

Sept médecins et professeurs de médecine demandent dans le JDD la mise en place "dès ce week-end" de nouvelles mesures sanitaires afin d'éviter une deuxième vague plus grave que la première.

"C'est dès maintenant quil faut agir vite et fort." Sept médecins et professeurs de médecine - parmi lesquels Karine Lacombe et Bruno Megarbane - alertent le risque d'une deuxième vague dans le Journal du Dimanche.

"Si nous ne mettons pas en place dès ce week-end des mesures drastisques pour ralentir la circulation du virus responsable du Covid-19, nous devrons faire face à une deuxième vague bien plus difficile à gérer pour les hôpitaux et les services de réanimation que la première", écrit le collectif de médecins dans le journal.

"Il faut que chacun prenne conscience des risques"

Une tribune en réaction aux dernières données épidémiologiques alors que plus de 4000 nouvelles hospitalistions ont été enregistrées ces sept derniers jours, dont 763 en réanimation. Un chiffre en hausse par rapport à la semaine précédente alors que les auteurs de la tribune estiment que le nombre d'admissions par jour "sera d'environ 650" dans un mois - soit "l'équivalent à celui que nous avons connu au maximum de la première vague" - et dépassera les 1200 mi-novembre. Une projection alarmante.

"Cette fois-ci on ne craint pas un afflux massif et brutal de patients en réanimation mais une augmentation régulière et constante qui arrive sur une période hivernale où tous les services de réanimation sont déjà saturés", explique Bruno Megarbane sur BFMTV. "C'est un appel de prise de conscience individuelle [...] il faut que chacun prenne conscience des risques."

"La situation sanitaire en France n'est pas différente" d'autres pays, notent les médecins alors que le Royaume-Uni et l'Italie ont récemment adopté de nouvelles mesures strictes tandis qu'Israël a décidé d'intensifier le confinement mis en place dans le pays depuis plus d'une semaine.

Le port du masque préconisé "partout et à tout instant"

Les sept médecins appellent par conséquent les autorités sanitaires à agir "vite et fort" et ce, dès maintenant. Ils exhortent la population à porter le masque et à respecter des gestes barrières "partout et à tout instant".

"C'est seulement au sein du foyer familial [...] que le port du masque peut être épargné", préconisent les auteurs de la tribune.

Ils demandent par ailleurs la suspension de toutes activités entraînant un brassage de population et pour lesquelles l'adoption de mesures de prévention et le port du masque ne peuvent être respectés. Si le collectif de médecins n'appelle pas à fermer les écoles ou les entreprises, il demande aux Français à y respecter scrupuleusement les gestes barrières.

Respect des horaires de fermeture pour les restaurants

Autre décision prise par les autorités que soutiennent les sept médecins: les horaires strictes de fermeture pour les bars et les restaurants. La tribune va même plus loin, appelant les clients à porter le masque en permanence dans ces établissements "sauf lors des consommations effectives".

Une mesure nécessaire selon les signataires alors que les établissements de santé doivent conjuguer avec les patients non-atteints par le coronavirus.

"Cette conjonction de la Covid-19 et des infections virales hivernales comme la grippe va poser problème", estime Bruno Mégarbane.

"Plus ces mesures seront respectées tôt, plus elles seront efficaces et plus la période d'application stricte sera courte", affirment les médecins qui prévoient une décélération de l'épidémie d'ici fin octobre si ces mesures sanitaires sont appliquées dès ce week-end.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV