BFMTV

Covid-19: pas de dérogation au couvre-feu pour les festivités du 31 décembre

Jean Castex lors d'une conférence de presse à l'Elysée le 9 décembre 2020.

Jean Castex lors d'une conférence de presse à l'Elysée le 9 décembre 2020. - CHARLES PLATIAU / POOL / AFP

Afin d'éviter une accélération de la propagation du virus, Jean Castex souhaite des règles strictes à observer lors des festivités du Nouvel An.

Il fallait trancher. Au vu des chiffres décevants de l'épidémie de Covid-19 en France, l'exécutif a choisi de sacrifier les festivités de la Saint-Sylvestre plutôt que celles de Noël. Ainsi, Jean Caste a annoncé ce jeudi, lors de sa conférence de presse, que la population aurait à observer des règles strictes le soir du 31 décembre afin d'empêcher une nouvelle propagation du virus.

Ce réveillon "concentre tous les ingrédients d'un rebond épidémique", et "si la circulation avait continué à se réduire fortement, nous aurions pu assumer ce risque, mais ce n'est pas le cas" et nous devons "respecter la règle du couvre-feu, rester chez soi, donc, le 31 décembre", a déclaré le chef du gouvernement.

Craignant un "effet Thanksgiving", allusion au pic de morts subséquent aux célébrations de fin novembre aux États-Unis, le gouvernement était contraint de mettre en place de nouvelles restrictions.

Pas de déplacements interrégionaux

Parmi celles-ci, il y aura donc le couvre-feu à partir de 20 heures, auquel il ne sera pas possible de déroger. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a par ailleurs annoncé que "pour garantir la lutte contre les fêtes sauvages (...) ou les rassemblements intempestifs, qui seront évidemment particulièrement combattus, (...) nous mobiliserons beaucoup les policiers et les gendarmes". Plus de 100.000 seront mobilisés, a-t-il prévenu.

En Allemagne, Angela Merkel a fait un choix similaire, se déclarant favorable à des mesures drastiques, dont la fermeture des magasins non-essentiels et des écoles entre Noël et la mi-janvier, ainsi que la réduction "au minimum" des contacts d'ici les fêtes.

Jules Pecnard Journaliste BFMTV