BFMTV
Santé

"Cluster à risque" en Bretagne: la première contamination ne correspond pas au variant britannique

Contrairement aux craintes du ministère de la Santé, aucune souche britannique du Covid-19 n'a pour l'heure été détecté au pôle gériatrique de Chantepie.

Pas de variant britannique à Chantepie. Au lendemain de l'annonce de la détection d'un "cluster à risque" dans l’unité de soins de longue durée du Pôle Gériatrique Rennais de Chantepie en Ille-et-Vilaine, les autorités sanitaires donnent des nouvelles rassurantes ce vendredi matin.

L'Agence régionale de Santé de Bretagne annonce par le biais d'un communiqué que les résultats du séquençage transmis par le centre national de recherche de l'Institut Pasteur "indiquent formellement" que la souche détectée "ne correspond pas au variant britannique 'VOC 202012/1'".

Pas de particularités selon le CHU de Rennes

"Le variant qui circule et a été isolé dans ce centre de pôle gériatrique, c'est un variant qu'on a déjà isolé au mois d'octobre et ça n'est pas une souche britannique", a affirmé quelques minutes plus tôt Cédric Arvieux, infectiologue au CHU de Rennes sur BFMTV.

Un variant qui ne présenterait pas "de caractéristiques particulières" selon le médecin spécialiste qui précise que les mesures sanitaires prises au pôle gériatrique de Chantepie "sont des mesures archi-classiques qu'on prend pour n'importe quel type de souche". Les visites, sorties et activités collectives ont été immédiatement suspendues dans l'établissement.

L'ARS indique par ailleurs que les résultats de ce vendredi valent pour la première contamination de la professionnelle de l'unité de soins. Les autres résultats concernant l'autre professionnel et les sept résidents atteints d'une forme variante du virus sont attendus d'ici le début de la semaine prochaine.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV