BFMTV

Variants du Covid-19: ce que l'on sait des deux "clusters à risque" détectés en France

Si la présence du variant britannique est pour l'heure écartée dans le foyer détectée en Ille-et-Vilaine, elle a revanché été confirmée dans les Hauts-de-Seine.

Ce sont des "clusters à risque". Deux foyers de variants du Covid-19 ont jusqu'ici été détectés en France, a annoncé ce jeudi Olivier Véran, évoquant une "menace" prise très au sérieux. Des investigations sont en cours pour tenter de retrouver tous les cas contact, alors que les autorités sanitaires redoutent notamment la souche britannique du coronavirus, bien plus contagieuse, dont la présence a été confirmée dans l'un de ces clusters.

En Bretagne, pas de variant britannique pour l'heure

Le plus important foyer à ce jour se situe en Ille-et-Vilaine (Bretagne) et plus précisément à Chantepie. Dans le pôle gériatrique de la commune, située près de Rennes, plusieurs patients, mais aussi des soignants, ont contracté un variant du virus. Cédric Arvieux, infectiologue au CHU de Rennes, a indiqué sur BFMTV qu'il ne s'agit pas du variant britannique.

"C'est un variant qu'on a déjà isolé au mois d'octobre et ce n'est pas une souche britannique. Je pense qu'il y a une confusion entre variant britannique et variant tout court. Ca change pas grand chose, quand il y a des clusters, il faut investiguer, dépister", a-t-il expliqué. L'ARS de Bretagne a confirmé que la première contamination ne correspondait pas au variant britannique, les analyses se poursuivent pour les autres malades.

"On a dépisté les soixante patients, l'ensemble de nos professionnels. Au total on a sept patients qui ont cette forme particulière de Covid et deux professionnels", a précisé à BFMTV Julie Bia, responsable du pôle médico-social de cet établissement pour personnes âgées.

"Les visites et sorties ont été immédiatement suspendues, ainsi que les activités collectives", précise le ministère de la Santé dans un communiqué. "L’ensemble des résidents positifs, suspects d’être porteurs d’une forme variante, ont été transférés dans un secteur dédié (zone réservée Covid). Les professionnels sont isolés à leur domicile. Un dépistage massif sera à nouveau renouvelé pour les professionnels et résidents dans 7 jours."

Pas d'inquiétude à ce stade pour le personnel qui affirme que l'état de santé des personnes malades ne présente pas, à ce stade du moins, de gravité particulière.

"Aujourd'hui nous avons des patients qui nécessitent leurs soins quotidiens comme à l'habituel mais qui aujourd'hui ne présentent aucun symptôme lié au Covid. Pas de signes de fièvre ou de décompensation respiratoire. Ils vont bien", assure Angélique Lizé, responsable de service de soin en unité longue durée.

À Bagneux, la présence du variant britannique confirmée

Les autorités ont également l'œil tourné vers Bagneux, dans les Hauts-de-Seine, où une personne a été testée positive au variant britannique du coronavirus. Il s'agit d'une animatrice qui travaille dans deux écoles de la ville.

Cette personne serait tombée malade et aurait été testée et placée à l'isolement avant les vacances de fin d'année. Les enfants n'auraient donc pas été exposés à elle au cours de cette période. Mais dans le cadre des premières investigations, "d'autres cas de Covid-19 ont été détectés parmi les personnels", même si "l'infection par la variante n'est pas encore confirmée".

Fait préoccupant, aucun lien avec le Royaume-Uni n'a pour l'heure été établi.

"Ce n'est pas la première fois que le variant anglais est dépisté en Ile-de-France, mais c'est en revanche la première fois qu'on ne sait pas comment cette personne a été contaminée par le variant", confie une source sanitaire au Parisien.

19 cas au total du variant britannique en France

Compte tenu de la situation, le rectorat précise qu'une opération de dépistage est mise en place dès ce vendredi pour les personnels volontaires de ces établissements. "L’objectif est de vérifier que la variante virale ne circule pas dans ces collectivités", indique le ministère de la Santé. Les parents d'élèves pourront quant à eux se faire tester, eux et leurs enfants, dès samedi.

"La salle des fêtes acueillera samedi, lundi et mardi un centre de tests ouvert à toute la population", précise la maire PCF de Bagneux Marie-Hélène Amiable.

19 cas de contamination par le variant britannique ont jusqu'ici été recensés en France. Un chiffre bien faible mais à nuancer au regard de sa forte contagiosité. Invité jeudi soir sur BFMTV, Olivier Véran n'a pas caché son inquiétude face à cette souche.

"Nous ne voulons pas que ce virus commence à se diffuser sur le territoire. Il donne les mêmes symptômes, il ne donne pas plus souvent de cas graves que le virus qu'on connaît, mais il est plus contagieux", a détaillé le ministre de la Santé.
Antoine Heulard, David Bouteiller, Pierre-Emmanuel Becet, Sébastien Savoye et Véronique Fèvre avec Hugues Garnier