BFMTV

Covid-19: la Norvège épinglée pour ses restrictions à la liberté de mouvement

La Norvège fait l'objet d'une plainte par une agence européenne à cause des restrictions de liberté de mouvements.

La Norvège fait l'objet d'une plainte par une agence européenne à cause des restrictions de liberté de mouvements. - PETTER BERNTSEN / AFP

La Norvège fait l'objet d'une procédure d'infraction par l'Autorité de surveillance européenne en raison des restrictions de liberté de mouvement qu'elle a imposées pour lutter contre l'épidémie. L'autorité de surveillance juge ces mesures "discriminatoires".

La Norvège s'est fait taper sur les doigts par une instance européenne ce jeudi en raison des restrictions très sévères qu'elle a imposées à la liberté de mouvement pour enrayer la pandémie de Covid-19.

Si le pays nordique n'est pas membre de l'Union européenne, il appartient à l'Espace économique européen (EEE) qui regroupe l'UE et les Etats membres de l'Association européenne de libre-échange (AELE) à l'exception de la Suisse et où la libre circulation des personnes est la règle.

L'Autorité de surveillance européenne (ESA), chargée de veiller au respect des obligations découlant de l'EEE, estime que les restrictions imposées par Oslo aux entrées sur le territoire norvégien pendant la crise sanitaire étaient excessives.

Les frontières norvégiennes fermées depuis le 29 janvier

"Les Etats de l'EEE sont autorisés à restreindre les déplacements des citoyens de l'EEE dans leurs efforts visant à endiguer la pandémie de Covid-19", a noté l'Autorité dans un communiqué.

"Mais de telles restrictions ne doivent pas aller au-delà de ce qui est nécessaire, doivent être homogènes et ne doivent pas être discriminatoires", a-t-elle ajouté. En pratique, la Norvège a fermé ses frontières le 29 janvier, sauf rares exceptions.

Les règles ont depuis été relâchées, mais jusqu'à la semaine dernière, il était encore impossible à des étrangers résidant légalement dans le pays de rentrer sur le territoire norvégien s'ils n'étaient pas inscrits dans le registre national.

Une première étape de procédure d'infraction en cours

"L'ESA a ces derniers mois relevé un nombre significatif de personnes négativement affectées par les restrictions d'entrée norvégiennes", a-t-elle dit.

"Cela inclut des personnes empêchées de rejoindre leur domicile, de commencer dans un nouvel emploi ou de retourner à leur emploi existant, ou de voir leur partenaire et les membres de leur famille", a-t-elle précisé.

L'Autorité a envoyé à Oslo une lettre de mise en demeure, première étape d'une procédure d'infraction. Le gouvernement norvégien dispose maintenant de six semaines pour faire valoir sa position.

"Un niveau de contamination plus bas que la plupart des autres pays"

"Nos règles strictes d'entrée sont une raison majeure qui explique que, pendant toute la pandémie, l'on ait eu un niveau de contamination plus bas que la plupart des autres pays dans le monde", a réagi la ministre de la Justice, Monica Maeland, citée par le journal Dagbladet.

"Mais les règles doivent bien entendu être conformes à nos obligations légales incombant de l'EEE", a-t-elle ajouté.

Depuis le début de la pandémie, le pays de 5,4 millions d'habitants a recensé moins de 124.000 cas de Covid, dont 783 mortels.

S.B.M avec AFP