BFMTV

Covid-19: 90% des patients en soins critiques à l'AP-HP sont non vaccinés

Pour les 10% restant, les formes graves du coronavirus sont la plupart du temps facilitées par des comorbidités. Des chiffres révélés ce mercredi par Martin Hirsch sur notre antenne.

Les chiffres sont glaçants. Invité ce mercredi sur l'antenne de BFMTV, le Directeur général de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) a passé en revue les différents patients qui se trouvaient actuellement en réanimation du fait du Covid-19 dans les établissements public franciliens. "Dans nos réanimations à l’assistance publique, en soins critiques, 90% sont non-vaccinés, 10% sont vaccinés avec souvent d’autres maladies qui expliquent une forme grave", a-t-il martelé.

"Comme ça a été dit, nous savons que la vaccination réduit considérablement le risque de mort et d'entraîner des complications extrêmement graves. Ça sauve la vie, les familles, beaucoup de monde, et il faut le faire", a-t-il ajouté.

Les services pas saturés

Pour autant, en ce qui concerne les établissements sous sa direction, l'ancien Haut-commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté et la Jeunesse a estimé que la situation en soins intensifs était stable.

"Nos services ne sont pas saturés de patients atteints du Covid. La situation est plutôt stable depuis une dizaine de jours, les sorties équilibrent à peu près les entrées. Pour autant, les hôpitaux sont très sollicités, j’ai fait le tour et ils sont sollicités par beaucoup d’autres maladies. On est encore à souffrir d’un manque de personnel, on espère recruter à la rentrée", souligne-t-il.

De manière générale, la situation semble s'éclaircir en Île-de-France, alors que l'ARS de la région a ce mercredi indiqué que le taux d'incidence y était en baisse de -9.8%. "L'effort collectif porte ses fruits!", écrivent les autorités.

Une situation qui permet aux établissements parisiens d'accueillir des patients venus d'Outre-mer. "C’est pour ça que l’on peut accueillir des patients des Antilles, une dizaine chaque jour, nous avons bénéficié de ça et aujourd’hui c’est nous qui aidons", conclut Martin Hirsch.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV