BFMTV

Covid-19: 85% des patients admis en soins critiques sont non-vaccinés

Dans le service des urgences de l'hôpital Delafontaine à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 17 juillet 2020.

Dans le service des urgences de l'hôpital Delafontaine à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 17 juillet 2020. - Joël Saget

La DREES, attachée au ministère de la Santé, a publié ce vendredi son rapport hebdomadaire comparant le nombre de tests positifs et les hospitalisations liées au Covid-19 selon les statuts vaccinaux. La prévalence de la population non-vaccinée dans les nouvelles contagions et dans les admissions en soins critiques s'y affirme clairement.

Ce n'est sans doute pas une grande surprise mais le document a le mérite de quantifier et mettre en perspective ce qu'autorités sanitaires, médecins et dirigeants politiques aux prises avec l'épidémie, dénoncent depuis des semaines. Cette quatrième vague du Covid-19, commandée par le variant Delta, est avant tout la vague des non-vaccinés.

Ce vendredi, comme chaque semaine désormais, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, la DREES qui dépend du ministère de la Santé, a publié un communiqué de presse compilant les données des dépistages et des admissions à l'hôpital liées au virus. Et la prévalence des personnes non-vaccinées dans les admissions en unités critiques et parmi les nouvelles contaminations par rapport aux schémas vaccinaux complets apparaît avec une netteté incontestable.

Au croisement de trois séries de données

Avant de se pencher sur les chiffres, il s'agit de faire un point sur la méthodologie et les catégories retenues ici par la DREES. Le patient versé à l'ensemble des non-vaccinés désigne toute personne dont le schéma vaccinal est incomplet.

Par ailleurs, en matière statistique, la DREES se fonde sur les trois principales bases de données officielles mises en place pour le suivi de l'évolution du Covid-19 en France: le SIVIC - un système d'information ici dédié aux hospitalisations - SI-DEP - qui porte sur les dépistages - et VAC-SI - qui concentre les chiffres de la vaccination.

Il croise alors ces trois séries de données afin d'établir, par cette mise en relation, le rapport des personnes testées positives et des individus hospitalisés car rattrapés par le Covid-19, selon leur statut vaccinal. Ce point étant hebdomadaire et impliquant ce travail statistique conséquent, c'est la semaine du 26 juillet au 1er août qui est examinée dans le rapport de ce vendredi.

Les dépistages positifs près de huit fois plus importants au sein des non-vaccinés

Passons aux chiffres. Le taux des tests RT-PCR qui se sont avérés positifs s'élève à 345 pour 100.000 habitants parmi les non-vaccinés. Dans le même temps et parmi les schémas vaccinaux complets? Ce taux retombe à 45 cas pour 100.000 habitants. Implacable: le taux des dépistages positifs est donc 7,66 fois plus important au sein des personnes non-vaccinées que des vaccinés.

85% de non-vaccinés en soins critiques

Côté hospitalisations, la peinture est plus contrastée encore. 79% des admissions à l'hôpital dues au Covid-19 durant la semaine allant du 26 juillet au 1er août ont concerné des personnes non-vaccinées, qui forment encore 85% de l'ensemble des personnes alitées en soins critiques. Unités de soins critiques où l'on retrouve tout de même 10% de patients ressortant de la population complètement vaccinée. Ceux-ci ont également représenté 14% des hospitalisations conventionnelles.

Le décalage est d'autant plus frappant qu'au 1er août, précise l'organisme du ministère de la Santé, on comptait 43% de vaccinés au sein de la population générale et 42% de non-vaccinés.

Par régions

En considérant l'intégralité de ces données, le DREES calcule que le taux d'admissions en soins critiques est de 17,5 patients sur un million de personnes non-vaccinées, quand il n'est que de deux patients sur un million parmi les personnes complètement vaccinées: une multiplication par 8,75.

L'étude s'achève par un regard différencié région par région. Il remarque d'abord des "niveaux très élevés (d'entrées en hospitalisation, NDLR) dans les régions d’Outre-Mer pour les entrées de personnes non vaccinées". Le DREES détaille ensuite la situation métropolitaine: "En métropole, ce sont les régions Corse, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Île-de-France où les entrées de non-vaccinés sont les plus élevées." "Les entrées sont nettement plus faibles pour les personnes complètement vaccinées dans chaque région", tranche le DREES pour finir.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV