BFMTV

Coronavirus: une information judiciaire ouverte après la mort d'une résidente d'un Ehpad de Clamart

La salle de réception de l'Ehpad des Caselles à Bozouls dans l'Aveyron, le 14 octobre 2020

La salle de réception de l'Ehpad des Caselles à Bozouls dans l'Aveyron, le 14 octobre 2020 - Lionel BONAVENTURE © 2019 AFP

Cette information judiciaire fait suite à l'ouverture de plusieurs enquêtes préliminaires en mai 2020, après des plaintes pour homicide involontaire déposées par des familles de résidents de trois Ehpad dans les Hauts-de-Seine, décédés des suites du coronavirus.

Une information judiciaire a été ouverte contre X après le décès d'une pensionnaire atteinte du Covid-19 dans un Ehpad des Hauts-de-Seine appartenant au groupe Korian, a-t-on appris ce vendredi auprès du parquet de Nanterre.

L'information judiciaire ouverte en novembre 2020 concerne la maison de retraite Bel-Air à Clamart. Deux plaignantes ont dit avoir constaté "une détérioration des conditions de prise en charge des soins" au sein de l'établissement à compter de janvier 2020.

Défaut du respect des gestes barrières

Selon leurs plaintes déposées en avril 2020, les familles ont alerté à de nombreuses reprises sur "l'absence d'utilisation de matériels de protection, tels que des gants et des masques, et le défaut de respect des gestes barrières".

Au total, huit résidents de cet Ehpad, propriété du groupe Korian, sont mortes du coronavirus, selon les plaintes déposées par les familles.

L'avocat du groupe Korian, Me Emmanuel Daoud, se félicite de l'ouverture d'une information judiciaire, soulignant "qu'elle est contre X et qu'elle a notamment pour objet d'expertiser le dossier médical de la résidente malheureusement décédée".

S'agissant des accusations de négligence envers le personnel, il souligne que si la procureure de Nanterre avait eu des certitudes, "cette information judiciaire aurait été contre personne dénommée", et met en garde contre "les conclusions hâtives". L'avocat de la famille de la pensionnaire décédée n'était pas pour le moment joignable.

Plusieurs enquêtes préliminaires dans trois Ehpad

Cette information judiciaire fait suite à l'ouverture de plusieurs enquêtes préliminaires en mai 2020, après des plaintes pour homicide involontaire déposées par des familles de résidents de trois Ehpad dans les Hauts-de-Seine, décédés des suites du coronavirus.

Ces enquêtes, ouvertes pour "homicide involontaire", "non assistance à personne en danger" et "mise en danger de la vie d'autrui", visaient des établissements à Chaville, Clamart et Clichy-la-Garenne.

Cy.C avec AFP