BFMTV

Coronavirus: les yeux des personnes infectées, possible vecteur de transmission d'après une étude

-

- - Pixabay

Selon une étude italienne, le coronavirus peut subsister dans l'humeur aqueuse des yeux des personnes malades.

Le nouveau coronavirus peut subsister longtemps dans les yeux des malades contaminés. C'est ce que nous apprend une étude réalisée par des chercheurs de l'Institut national des maladies infectieuses à Rome et relayée notamment par The Independant.

Ces derniers ont étudié le cas d'une femme âgée de 65 ans qui, après un séjour dans la ville de Wuhan en Chine, a contracté le Covid-19. Lorsque celle-ci a développé une conjonctivite persistante - une infection oculaire qui provoque rougeur et démangeaisons - les médecins ont décidé de réaliser plusieurs tests avec écouvillon de ses yeux. 

La découverte fait froid dans le dos: le virus demeure présent dans les échantillons oculaires de la patiente et ce jusqu'à trois semaines après son admission à l'hôpital. L'équipe de chercheurs estime que ces résultats, publiés dans les Annals of Internal Medicine, indiquent que l'humeur aqueuse, le liquide présent dans l'oeil, constituerait une source potentielle d"infection du nouveau coronavirus. 

Les scientifiques italiens estiment que l'oeil est non seulement une porte d'entrée du virus dans le corps humain mais qu'il peut également constituer un vecteur de transmission.

Des recommandations émises aux ophtalmologues

"Ces recherches mettent en évidence l'importance des mesures barrières, qu'il s'agisse d'éviter de se toucher le nez, la bouche, les yeux et de se laver régulièrement les mains", peut-on lire dans les observations des chercheurs. 

Bien que cette découverte n'ait été que très peu observée dans les cas confirmés, plusieurs docteurs ont fait savoir que certains patients hospitalisés souffraient, parmi les symptômes liés à la maladie, de conjonctivite. 

D'autres experts ont par ailleurs recommandé aux personnes portant des lentilles de contact de porter des lunettes afin de réduire le risque de transmission du virus par les yeux. Aux États-Unis, l'Académie américaine d'ophtalmologie a demandé au début du mois de mars aux porteurs de lentilles de contact d'arrêter de les utiliser.

L'équipe de l'Institut national des maladies infectieuses à Rome ajoute enfin qu'il est important que les ophtalmologues puissent utiliser des équipements de protection individuelle durant leurs examens cliniques, afin d'éviter tout risque d'infection.

Hugues Garnier