BFMTV

Coronavirus: l'école pour tous les enfants, demandent les pédiatres

La reprise des cours dans une école de La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, le 14 mai 2020 (photo d'illustration)

La reprise des cours dans une école de La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, le 14 mai 2020 (photo d'illustration) - Martin Bureau-AFP

Plusieurs associations redoutent "des maltraitances institutionnelles" en raison d'un accueil disparate à travers le territoire.

"Tous les enfants doivent retourner dès aujourd'hui à l'école." Dans un communiqué publié ce vendredi, plusieurs associations dont la Société française de pédiatrie (SFP), le Groupe de pathologie infectieuse pédiatrique (GPIP) et l'Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA) demandent un allègement des mesures sanitaires "coercitives" imposées dans les établissements scolaires contre le Covid-19.

"Au moment où le protocole sanitaire peut et doit être allégé et simplifié, l'ensemble des sociétés de pédiatrie renouvelle plus que jamais sa demande de réouverture complète et sans délai des écoles et de toutes les collectivités dont nos enfants vont grandement bénéficier", est-il expliqué. 

"Maltraitances institutionnelles"

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que ce type d'appel a été lancé au cours de ces dernières semaines. 

Alors que les écoles ont progressivement rouvert depuis le 11 mai, "les conditions d'accueil des enfants sont très disparates et parfois coercitives lorsqu'elles sont appliquées à la lettre, voire conduisent à des maltraitances institutionnelles", ont déjà déploré les pédiatres

Ils citent notamment les exclusions des enfants qui ne respectent pas les mesures-barrières (interdiction des contacts, etc.).

Mettre les enfants "à l'abri de nos angoisses"

Les pédiatres voient dans ces précautions jugées excessives un "paradoxe majeur" au moment où "la pandémie s'atténue et où le risque sanitaire s'éloigne". En effet, "les données scientifiques internationales (...) confirment que les enfants sont moins souvent infectés et moins contaminants que les adultes", soulignent-ils.

La dernière recherche à faire ce constat porte sur 600 jeunes enfants et a été coordonnée par le Pr Robert Cohen, vice-président de la SFP.

"Il est grand temps que nous assumions nos rôles d'adultes protecteurs" en mettant les enfants "à l'abri de nos angoisses" et "en leur permettant de retrouver des interactions avec des enfants de leur âge", assurent les associations de pédiatres dans leur communiqué.

Ces derniers jours, les appels se font de plus en plus pressants pour que les écoles accueillent davantage d'élèves, notamment afin de permettre aux parents de reprendre le travail. Selon les derniers chiffres du ministère, seulement 1,8 million d'écoliers, sur un total de 6,7 millions, sont retournés à l'école et rarement à temps complet.

H.S. avec AFP