BFMTV

Comment le bénévolat peut améliorer la santé mentale et le bien-être

Le bénévolat est un moyen de lutter contre l’isolement des personnes âgées.

Le bénévolat est un moyen de lutter contre l’isolement des personnes âgées. - iStock - Alija

Plus qu'un simple loisir, le bénévolat serait un véritable moyen d'épanouissement personnel pour les seniors, estime une récente étude britannique. Il serait notamment très utile aux personnes âgées vivant seules.

Avec notre partenaire

Quand il s'agit d'entretenir son cerveau et de rester le plus actif possible, plusieurs activités sont possibles, aussi bien physiques (marche, natation) que mentales (musique, jeux). Mais selon des chercheurs de l'université de Southampton et de l'université de Birmingham, il existe un autre moyen de conserver une bonne santé mentale et même d'améliorer son bien-être: devenir bénévole.

Leur étude affirme néanmoins que les effets bénéfiques de cette activité ne sont pas visibles avant l'âge de 40 ans et insiste sur l'importance d'engager les personnes âgées dans le volontariat. Les chercheurs ont examiné les données de plus de 66.000 personnes qui avaient accepté de répondre à une enquête britannique, la British Household Panel (BHPS), pour en savoir plus sur les ménages.

Entretenir le lien social

L'enquête, menée entre 1991 et 2008, comprenait une série de questions sur les activités de loisirs, y compris le bénévolat, et une autre série de questions portant sur la santé mentale et le bien-être émotionnel (score GHQ). Sur l'ensemble des participants, 21% ont répondu qu'ils effectuaient du volontariat, avec un quota légèrement plus élevé du côté des femmes.

Parmi tous les répondants, le score GHQ était meilleur (le plus bas) parmi ceux qui effectuaient fréquemment des missions de volontariat, et le moins bon (le plus élevé) parmi ceux qui ne se portaient jamais volontaires. Lorsque l'âge a été pris en compte, l'association positive entre le bénévolat et la bonne santé mentale est apparue autour de l'âge de 40 ans et a continué jusqu'à 80 ans et plus.

"Le volontariat offre à ces gens une opportunité de contacts sociaux, qui peuvent avoir des effets protecteurs sur l'état de santé", explique le docteur Faiza Tabassum, l'un des auteurs de l'étude.

"Le bénévolat peut fournir un but"

Les chercheurs ont découvert l'effet inverse chez ceux qui ne se portaient jamais volontaires: ils montraient des niveaux inférieurs de bien-être émotionnel. "Le bénévolat peut aussi fournir un but, car le pratiquer régulièrement permet de contribuer à l'entretien des réseaux sociaux et cela est particulièrement le cas pour les personnes âgées qui vivent souvent dans l'isolement", ajoute le docteur Tabassum.

Par ailleurs, ses bienfaits seraient les mêmes peu importe les autres facteurs potentiellement influents comme l'état matrimonial, le niveau d'instruction et la classe sociale. Les chercheurs n'ont en revanche pas été en mesure d'évaluer l'ampleur du bénévolat "informel", les bonnes actions de tous les jours comme les coups de main au voisin, par exemple. Selon un communiqué publié par le Centre d’Analyse Stratégique, l’activité bénévole concerne aujourd’hui près d’un Français sur trois dont 32% des plus de 18 ans.

Ce dernier explique dans un rapport que le volontariat est bien un moyen pour "bien vieillir". "L’existence d’un lien direct entre la pratique d’une activité bénévole et l’amélioration du bien-être physique et psychologique a été mise en évidence par plusieurs recherches, même si le lien de causalité peut parfois être difficile à établir. Chez les seniors en particulier, les bénévoles auraient un taux de mortalité et de dépression plus faible et de meilleures capacités fonctionnelles", précise-t-il.

Alexandra Bresson