BFMTV

Cigarettes: les professionnels de santé applaudissent la chute des ventes

Un million de Français a arrêté de fumer en un an.

Un million de Français a arrêté de fumer en un an. - BFMTV

En un an, un million de Français a arrêté de fumer. Les hausses successives du prix du paquet de cigarettes produisent l'effet dissuasif attendu.

"Un paquet (de cigarettes) à 15 euros est tout à fait envisageable", lance un brin provocateur Yves Martinet, président du Comité national contre le tabagisme. C'est un fait, les ventes de tabac subissent l'effet dissuasif de hausses successives du prix des cigarettes. La Direction générale de la Douane a publié mardi les chiffres officiels du marché du tabac pour la France continentale, c’est à dire les livraisons en volume aux buralistes pour ce mois de juillet. Depuis le 1er janvier, les ventes ont cumulativement baissé de 9,2%.

esdfzsf
esdfzsf © BFMTV

La dernière augmentation du prix remonte à mars (+94 centimes en moyenne), mais le gouvernement ne s'interdit rien. La prochaine hausse significative est prévue pour avril 2019: 50 centimes de plus. Puis 50 centimes de plus en novembre 2019 et, encore, en avril 2020, avant une dernière flambée de 40 centimes en novembre 2020. De quoi s'approcher ou dépasser le seuil symbolique des 10 euros en moyenne le paquet.

Mais contrairement à ce que craignaient certains, le prix du tabac qui fait l'objet d'un arrêté d'homologation publié au Journal officiel en juillet et qui entrera en vigueur le 20 août, restera stable avec un tarif moyen de 7,90 euros le paquet de 20 cigarettes - de 7,60 euros à 9.30 euros. 

Déjà une semaine de vacances d'économisée

Face à ces hausses, certains décrochent et d'autres pas. Interrogé par BFMTV, Timothée assure que même à "12,50 euros", il continuera "à acheter". Nicolas, 24 ans, a pour sa part opté pour l'arrêt du tabac en janvier dernier. Un rapide calcul avec son smartphone lui indique quelque 600 euros d'économies en sept mois. "Une semaine de vacances", traduit-il.

L'aspect financier est primordial pour décider ceux qui envisagent un arrêt du tabac. Les résultats sont là: en un an -différence mesurée entre 2016 et 2017 -, un million de Français ont stoppé leur consommation tabagique. " Avec la hausse de la fiscalité nous pouvons espérer que ces résultats soient pérennes", s'était réjouie en mai la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Autre fait marquant, la consommation avait, selon les chiffres du ministère, baissé chez les fumeurs les moins favorisés socialement, notamment les chômeurs avec un passage de 38,8 à 34%.

La seule exception à cette baisse de la consommation tabagique dans cette photo d'étape de juillet 2018: les ventes de cigares et de tabac à mâcher ou à priser qui progressent de 7,16 à 9,01%. Mais les volumes concernés sont confidentiels par rapport à ceux du tabac à fumer - environ 30 fois moins importants pour les cirages et 160 fois moins pour le tabac à chiquer ou à priser.

D. N.