BFMTV

Stress, burn-out, vie perso... Les dirigeants de plus en plus soucieux de leurs salariés

-

- - -

Plus de huit dirigeants sur dix pensent que les actions de santé ont un impact sur la productivité de leur équipe, selon le dernier Observatoire Entreprise et Santé Viavoice-Harmonie Mutuelle. La conciliation entre la vie pro et la vie perso mobilise également les chefs d'entreprise.

Pour être performante, une entreprise doit prendre soin de ses salariés. Les dirigeants en sont de plus en plus conscients. Ainsi, selon l'Observatoire Entreprise et Santé Viavoice–Harmonie Mutuelle (1), 76% des dirigeants pensent que la bonne santé de leurs collaborateurs a un impact sur la situation économique de l'entreprise, soit 8 points de plus qu'en 2014. Ils pensent à 82% que les actions de santé qu'ils peuvent mener ont un impact sur la productivité de leurs équipes. Se soucier du bien-être des équipes a aussi d'autres bienfaits : cela améliore l'ambiance de travail, selon 82% des chefs d'entreprise, et renforce l'attachement à leur société pour 78%. Des atouts essentiels pour fidéliser les meilleurs éléments.

Plusieurs mesures déjà mise en place

Grace à cette prise de conscience des enjeux de la santé et du bien-être au travail, 85% des dirigeants sont passés à l'action en prenant des mesures. Pour 78%, cela s'est traduit par la souscription à une meilleure complémentaire santé. 59% ont ainsi veillé à améliorer les espaces de travail des salariés, 57% ont mis en place des actions de prévention contre le risque professionnel et 53% ont privilégié un management ouvert, à l'écoute des salariés.

Mais il reste encore de nombreuses voies d'amélioration. Parmi les priorités, une meilleure prévention du burn-out et des mesures pour lutter contre le stress sont cités par 36 % des dirigeants. Ces deux thèmes sont également jugés comme prioritaires par les salariés.

Des visions différentes sur l'équilibre vie pro et perso

Les dirigeants se soucient également d'offrir un équilibre entre vie professionnelle et personnelle à leurs salariés. 92% affirment que leur entreprise est très impliquée par ce sujet, un chiffre qui marque une hausse de 18 points par rapport au baromètre de 2016. Mais il y a un fort décalage avec le ressenti des salariés, qui ne sont que 35% à trouver que leur patron se soucient que leur travail n'empiète pas sur leur vie de famille.

Les chefs d'entreprise déclarent à 51% vouloir laisser les salariés aménager leurs horaires en fonction de leur contraintes personnelles, 39% veulent sensibiliser les équipes (y compris les managers) à la nécessité de ne pas mettre des réunions en fin de journée et limiter les mails tardifs. Ils sont aussi 21% à envisager de mettre en place des ateliers de formations et de préparation à la retraite.

Les services de conciergerie et des solutions de garde d'enfants ne figurent pas parmi leurs priorités, puisque respectivement 5% et 9% des chefs envisagent de les développer.

(1) Enquête effectuée auprès de 305 dirigeants d'entreprise et d'un échantillon représentatif de 100 salariés du secteur privé et public.

C.C