BFMTV

Attention aux effets des antihypertenseurs sur l'humeur

Diurétiques, bêtabloquants, inhibiteurs de l'enzime de conversion... Il existe plusieurs types de médicaments antihypertenseurs.

Diurétiques, bêtabloquants, inhibiteurs de l'enzime de conversion... Il existe plusieurs types de médicaments antihypertenseurs. - iStock

Dépression, troubles bipolaires... les patients sous certains traitements antihypertenseurs seraient plus sensibles à de graves troubles de l'humeur, un risque sous-estimé selon des chercheurs qui ont publié une étude sur le sujet.

Ce sont des traitements pour la santé cardiovasculaire, mais qui auraient des effets sur le cerveau. Quatre classes de médicaments contre la pression artérielle, appelés antihypertenseurs, couramment prescrits auraient un impact sur l'humeur comme la dépression ou le trouble bipolaire, affirment des chercheurs de l'université de Glasgow.

Leur étude souligne que deux médicaments ont été associés à un risque accru, tandis que l'un semble au contraire diminuer ce risque. "La santé mentale est sous-estimée dans le traitement clinique de l'hypertension", affirme le Pr Sandosh Padmanabhan, auteur principal de l'étude. Les chercheurs ont recueilli les données de 525 046 patients âgés de 40 ans à 80 ans, à partir de deux grands hôpitaux écossais.

Ils ont choisi 144 066 patients traités pour de l'hypertension soit avec des bêta-bloquants, des inhibiteurs des canaux calciques, des diurétiques thiazidiques ou des antagonistes de l'angiotensine. Ils ont comparé les données de ces patients avec celles d'un autre groupe de 111 936 patients, qui ne prenaient aucun de ces médicaments.

Attention aux bêta-bloquants et inhibiteurs calciques

Le suivi s'est fait sur cinq ans, et consistait à documenter le nombre d'hospitalisations pour troubles de l'humeur sévères. Les chercheurs ont constaté que chez le premier groupe de patient, 299 hospitalisations pour troubles de l'humeur ont été enregistrées, principalement en raison de dépression majeure. Un trouble qui se déclarait en moyenne deux ans après le début du traitement.

Mais les personnes qui le suivaient n'étaient pas toutes logées à la même enseigne. En effet, celles sous bêta-bloquants et inhibiteurs calciques étaient deux fois plus à risque d'hospitalisation, par rapport aux patients sous antagonistes de l'angiotensine, qui présentaient même un risque plus faible que les patients sans aucun traitement.

Enfin, les patients sous diurétiques thiazidiques ont montré le même taux de risque pour les troubles de l'humeur que les personnes qui ne prenaient aucun traitement. 

Mieux évaluer les effets sur tous les changements d'humeur

"Il est important que ces résultats soient validés par d'autres études indépendantes. Cette étude portait sur le risque sur des formes les plus graves de troubles de l'humeur nécessitant une hospitalisation. Mais il serait important d'étudier les effets de ces médicaments sur des changements modestes de l'humeur, car ceux-ci auront un impact sur la qualité de vie des patients hypertendus", concluent les chercheurs.

Selon la Haute Autorité de Santé, "l’hypertension artérielle concernerait entre 12 et 14 millions d’adultes en France". Un trouble fréquent puisque son incidence annuelle est estimée à environ 1,2 million de nouveaux cas. Les patients qui en souffrent doivent commencer par des règles hygiéno-diététiques simples (perte de poids, arrêt du tabac, diminution de la consommation d'alcool, exercice physique régulier) pour faire baisser leur tension artérielle.

Une ou plusieurs traitements hypertenseurs peuvent ensuite être proposés. "Cinq classes ont démontré un bénéfice en termes de morbi-mortalité cardio-vasculaire: les diurétiques thiazidiques (DIUth), les bêtabloquants (BB), les inhibiteurs calciques (ICa), les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) et les antagonistes de l’angiotensine II (ARAII)", précise-t-elle. 

Selon la catégorie de médicament, les mécanismes d'action sont variés, ainsi que les effets secondaires connus, pouvant aller de l'insomnie, d'éruptions cutanées à de l'hypotension.

Alexandra Bresson