BFMTV

AstraZeneca: 5 nouveaux cas de thromboses en France, sans décès

En France, 5 cas de thrombose ont été enregistrés, il n'y a pas eu de décès (photo d'illustration)

En France, 5 cas de thrombose ont été enregistrés, il n'y a pas eu de décès (photo d'illustration) - OLI SCARFF © 2019 AFP

Cinq nouveaux cas de thromboses ont été enregistrés en France, mais sans causer de décès, d'après le comité scientifique nouvellement créé par l'Agence Nationale de Sécurité du médicament et des produits de santé.

Cinq nouveaux cas de thromboses (caillots) atypiques, associés au vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca, ont été enregistrés en France entre le 9 et le 15 avril, mais aucun n'a causé de nouveau décès, selon les autorités sanitaires.

Alors que ce vaccin est réservé depuis le 19 mars aux personnes de 55 ans et plus, en raison de cet effet indésirable, ces 5 nouveaux cas de ces thromboses atypiques sont survenus chez des patients d'une moyenne d'âge de 63 ans, selon le bilan hebdomadaire de suivi de l'Agence française du médicament (ANSM).

AstraZeneca plus administré pour les moins de 55 ans

Depuis le début de la vaccination, sur 3,2 millions d'injections réalisées avec l'AstraZeneca, le bilan est désormais de 27 cas de thromboses, dont 8 décès.

"La typologie des cas déclarés reste identique à celle du dernier bilan, avec une moyenne d'âge plus élevée (médiane à 60 ans), un sex-ratio proche de 1 (13 femmes/14 hommes) et une localisation des thromboses majoritairement au niveau digestif sur la période", a précisé l'ANSM.

En raison des rares cas de thromboses repérés en Europe et en France, depuis le 19 mars le vaccin AstraZeneca n'est plus administré aux moins de 55 ans. Pour cette catégorie de personnes ayant déjà reçu une dose de ce vaccin, la Haute autorité de santé a recommandé une deuxième dose avec Pfizer ou Moderna.

Un comité scientifique consacré aux thromboses rares et atypiques observées après des vaccinations contre le Covid-19 a été mis en place cette semaine par l'ANSM pour contribuer à en éclaircir les mécanismes.

Ce comité de spécialistes (infectiologues, virologues, immunologues, épidémiologistes...), qui intègre aussi un représentant des associations de patients, va porter sur l'ensemble des vaccins utilisés contre le Covid-19.

S.B.M avec AFP