BFMTV

Six Français sur dix estiment que la France accueille trop de migrants

Des migrants patientent devant la plateforme d'accueil des réfugiés de l'ONG Terre d'Asile à Paris, le 26 janvier 2017

Des migrants patientent devant la plateforme d'accueil des réfugiés de l'ONG Terre d'Asile à Paris, le 26 janvier 2017 - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

A l'occasion du sommet européen sur la crise migratoire, un sondage révèle que seuls 10% des Français déplorent que le pays n'accueille pas assez de migrants.

Six Français sur dix (60 %) estiment que la France accueille trop de migrants, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Franceinfo et Le Figaro publié vendredi. Ils ne sont que 30 % à trouver que le pays accueille le "bon nombre de migrants" et 10 % déplorent qu'on en accueille "pas assez".

Les sympathisants du Rassemblement national (ex-FN) sont les plus nombreux à juger que les migrants sont accueillis en nombre excessif (98 %), ils sont 76 % chez Les Républicains (LR), 42 % parmi La République en marche (LaREM) et 36 % dans les rangs de la France insoumise.

Les migrants ayant quitté un pays en guerre comme la Syrie ou l'Irak inspirent "de l'inquiétude ou de la peur" à 54 % des personnes interrogées (61 % en 2016) et de "la sympathie ou de la compassion" à 45 % d'entre elles (38 % en 2016).

Le gouvernement jugé "pas à la hauteur"

Les Français jugent très majoritairement (73 %) que l'action du gouvernement n'est "pas à la hauteur" des enjeux de la crise migratoire, ils étaient 82 % à exprimer la même défiance sous le précédent quinquennat. Ils sont également 73 % "à ne pas faire confiance à l'Union européenne pour régler la question" soit davantage qu'en 2015 (+ 7 points). A noter que ce sondage a été réalisé avant l'accord conclu par le 28 dirigeants européens sur la crise migratoire.

Enfin 51 % de nos concitoyens sont opposés à ce que des sanctions financières soient prises à l'encontre des pays de l'UE refusant d'accueillir des migrants pour 48 % y étant favorables.

Enquête réalisée par internet les 27 et 28 juin 2018, sur un échantillon de 967 Français représentatif de la population française âgée de 18 et plus, selon la méthode des quotas.

Me.R. avec AFP