BFMTV

Popularité en baisse pour Hollande et Valls, "l'effet Charlie" s'estompe

Les cotes de popularité de Manuel Valls et de François Hollande sont de nouveau en baisse (photo d'illustration).

Les cotes de popularité de Manuel Valls et de François Hollande sont de nouveau en baisse (photo d'illustration). - Philippe Wojazer - AFP

Un mois après les attentats de Charlie Hebdo et la prise d'otage de l'Hyper cacher, les cotes de popularité du président de la République et du Premier ministre rechutent malgré une embellie observée lors de l'unité nationale.

"L'effet Charlie" pourrait bien s'être dissipé. Un mois après les attentats et la marche républicaine, la cote de popularité de François Hollande et de Manuel Valls est de nouveau en baisse. Après un bref passage à 38%, celle du président de la République est retombée à 30%, soit une perte de huit points, souligne un sondage Ipsos-Le Point. Celle du Premier ministre est descendue de sept points et atteint désormais 52% de bonnes opinions.

Mais cette chute de popularité ne les ramène pas encore aux niveaux d'avant les attentats. La cote du chef de l'État reste supérieure de 12 points à celle de décembre. Quant à celle du Premier ministre, elle demeure supérieure de 16 points à celle de la fin 2014.

De manière globale, 67% des personnes interrogées ont une opinion défavorable du président de la République (+10). 3% ne se prononcent pas. Concernant Manuel Valls, elles sont 43% à émettre un jugement défavorable (+7). 5% ne se prononcent pas.

Juppé et Sarkozy en baisse

En recul de quatre points, Alain Juppé (56% d'avis positifs) reste nettement en tête du palmarès des leaders politiques. De son côté, le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, pointe au douzième rang avec 38% de jugements favorables. Parmi les sympathisants de l'UMP, il est cependant premier avec 76% d'avis favorables (-3 points). Ces scores en baisse témoignent d'une semaine difficile à l'UMP, à l'heure des conseils de vote pour l'élection législative partielle dans le Doubs. 

Au classement des leaders politiques, la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, talonne Alain Juppé avec 47% d'avis positifs (+2 points). Elle est suivie des ministres des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et de l'Écologie, Ségolène Royal (43% tous les deux). Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, arrive cinquième à 42% d'avis favorables (-5 points). Une des seules à ne pas reculer, Marine Le Pen, gagne un point et se trouve avec 31% d'avis positifs au vingtième rang.

A. Dt. avec AFP