BFMTV

Les jeunes se détournent de Hollande, selon un sondage

Manifestation de jeunes contre la loi Travail le 24 mars 2016.

Manifestation de jeunes contre la loi Travail le 24 mars 2016. - Eric Feferberg - AFP

Une étude de l'Ifop publiée dans Le Monde montre le fossé qui s'est creusé entre la jeunesse française et le chef de l'Etat. Ce dernier ne réunit que 13% des intentions de vote chez les 18-25 ans.

"Ma priorité, c'est la jeunesse", martelait François Hollande lors de sa campagne en 2012. Las, cette idée ne semble plus trouver d'écho chez les intéressés. Selon un sondage de l'Ifop pour l'Association nationale des conseils d'enfants et de jeunes (Anacej) publié dans Le Monde, la plupart des jeunes de 18 à 25 ans tournent le dos à François Hollande.

Ils sont 81% à se dire "mécontents" de l'action de l'exécutif en faveur de la jeunesse, et 85% considèrent même que les "engagements de François Hollande pour les jeunes" n'ont pas été tenus. Un mécontentement qui se traduirait donc dans les urnes: s'ils étaient les seuls à voter en 2017, le chef de l'Etat ne se qualifierait même pas pour le second tour de la présidentielle. Devant lui: Marine Le Pen, avec 27% d'intentions de vote, et Alain Juppé avec 29%. François Hollande, lui, n'arriverait qu'en quatrième position.

Valls ne ferait pas mieux que Hollande

Dans l'hypothèse d'une candidature de Nicolas Sarkozy pour la droite, le Président recueillerait 13% des voix chez les jeunes, derrière Marine Le Pen, 27%, l'ancien chef de l'Etat, 21%, et Jean-Luc Mélenchon, 17%. Si Alain Juppé était le candidat de la droite, François Hollande obtiendrait 14% des voix, derrière Marine Le Pen à égalité avec le maire de Bordeaux à 29%, et Jean-Luc Mélenchon à 15%.

Si Manuel Valls et Nicolas Sarkozy étaient en lice, le Premier ministre ne ferait pas mieux que François Hollande, avec 14% des voix, derrière Marine Le Pen, 27%, Nicolas Sarkozy, 21%, et Jean-Luc Mélenchon à 19%. Le leader du Parti de gauche semble capter pour sa part le vote protestataire des jeunes au premier tour.

Macron inciterait les jeunes à aller voter

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, n'est pas cité quant à lui comme potentiel candidat. Mais son nom revient comme une personnalité qui inciterait les jeunes à aller voter à la prochaine présidentielle: 57% d'entre eux le feraient parce qu'il représente un renouvellement de la vie politique, et 44% pour ses idées et son programme.

Le jeune ministre pourrait-il faire mieux que Marine Le Pen? La présidente du FN est plébiscitée par les sondés: en cas de candidature, les raisons principales qui les inciteraient à voter sont "ses idées, son programme" (52%), "le fait qu'elle renouvelle la vie politique" (37%) ou parce qu'ils souhaitent "faire barrage" à Marine Le Pen (26%).

A. K.