BFMTV

Gouvernement d'union nationale: les politiques le souhaitent-ils?

Et les nommés pour prendre la tête d'un hypothétique gouvernement d'union nationale sont: François Bayrou, Martine Aubry et Louis Gallois.

Et les nommés pour prendre la tête d'un hypothétique gouvernement d'union nationale sont: François Bayrou, Martine Aubry et Louis Gallois. - -

Selon un sondage du JDD paru ce dimanche, près de 78% des Français plébiscitent l’idée d’un gouvernement d’union nationale. François Bayrou s'y hisse en tête des entrants souhaités. Mais les politiques rêvent-ils eux aussi de cette union?

Aux grands maux les grands remèdes? Les Français plébiscitent, comme cela est advenu en Italie, le scénario d'un gouvernement national à en croire un sondage paru dimanche dans le JDD. Mais hormis François Bayrou, pour qui "c'est réaliste", une majorité de responsables politiques interrogés dimanche l'ont exclu.

François Bayrou lui, y croit

Créer un gouvernement d’union nationale, tel est le leitmotiv du Modem depuis bien longtemps. Le sondage Ifop de dimanche vient conforter les idées du parti centriste alors que près de quatre Français sur cinq se déclarent favorables à cette idée de dépassement des clivages de la vie politique. Pour François Bayrou, "si la ligne politique est celle en laquelle je crois. J’assumerai mes responsabilités", assure François Bayrou. "C'est possible, réaliste et ça s'imposera comme en Italie", insiste-t-il encore.

Il faut dire que le leader du MoDem arrive en tête d'une liste de six personnalités dont l'entrée au gouvernement serait souhaitable en cas de remaniement. Il recueille ainsi 47% d'opinions favorables devant Martine Aubry à 37%, talonnée par Louis Gallois à 34%.

A droite quelques rares voix favorables, sous conditions

Rare membre de l’UMP à partager cette idée: Benoist Apparu. Selon lui, François Hollande n’a plus de légitimité suffisante pour faire passer les réformes, il préconise donc un choc politique: "On a une situation exceptionnelle, il faut une réponse exceptionnelle". Avant de nuancer: "ce n'est pas un mode de gouvernance auquel je crois de façon traditionnelle parce que ça fait monter les extrêmes, mais là, pour dix mois, oublions nos querelles pour mener à bien ces réformes".

Marine Le Pen a affirmé quant à elle qu’elle formerait "probablement" un gouvernement d’union nationale si elle arrivait au pouvoir dans le contexte actuel. En revanche, la présidente du Front national exclut toute participation à un gouvernement dirigé par un représentant de la majorité socialiste actuelle.

La gauche au pouvoir très largement contre

Pour Michel Sapin, le ministre du Travail, un gouvernement gauche-droite est inadapté au système politique français. Le mode de scrutin actuel créant déjà une majorité solide à l’Assemblée nationale, il n'en voit pas la nécessité.

Même analyse pour Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale. Cette union nationale "n'a pas de sens", a-t-il dit au Grand jury RTL-Le Figaro-LCI. "Il y a une majorité aujourd'hui, qui est forte" et "a voté notre programmation budgétaire", "il n'y a pas de raison" de l'envisager.

Chez les Verts, on rejette aussi cette idée. "On dit qui comment, mais on ne dit pas pourquoi faire", tranche Cécile Duflot, la ministre du Logement. "Parce que si on dit pourquoi faire, on va se rendre compte que sur un certain nombre de réformes structurelles, on n'est pas d’accord. Donc, on n'est pas dans un gouvernement quand on est en désaccord sur le fond", explique-t-elle encore.

A LIREZ AUSSI:

>> Près de 4 Français sur 5 pour un gouvernement d'union nationale

>> Au pouvoir, Le Pen formerait un gouvernement d'union nationale

>> Italie: un gouvernement de coalition est formé avec le parti de Berlusconi

>> Gouvernement d'union nationale: Hidalgo veut rassembler, NKM ironise

David Namias et Magali Chalais (sujet vidéo)