BFMTV

Quand Anne Sinclair évoque le "cauchemar" de l'affaire DSK

Anne Sinclair se confie sur l'affaire DSK: "un moment de cauchemar".

Anne Sinclair se confie sur l'affaire DSK: "un moment de cauchemar". - -

CAFÉ POLITIQUE - Les confidences d'Anne Sinclair, le PS et ses dissidents de La Rochelle, Jean-Luc Mélenchon et le foot... Chaque matin, BFMTV.com sélectionne pour vous le meilleur de l'actualité politique.

> L'affaire DSK et les confidences d'Anne Sinclair

Pour la première fois, Anne Sinclair, ex-compagne de Dominique Strauss-Kahn, s'exprime sur l'affaire du Sofitel. Dans l'émission Un jour, un destin diffusée mardi soir sur France 2, elle raconte le "moment de cauchemar" qu'a représenté cette histoire. Le Parisien en publie un extrait: "De temps en temps, je me demande si elle a vraiment existé, ou si c'était juste un moment de cauchemar. Voir l'homme avec qui on vit avec des fers aux pieds, puis nous deux enfermés dans une maison avec 200 journalistes qui nous traquaient... C'était extrêmement violent. Tout était violent."

> Le PS, fidèle à La Rochelle

Fidèle à la Rochelle, le PS restera. Malgré le symbole de la dissidence qui colle à la ville (Olivier Falorni s'était présenté contre Ségolène Royal aux législatives de 2012, puis aux municipales Jean-François Fountaine a maintenu sa candidature contre la candidate officielle Anne-Laure Jaumouillé), Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du parti, l'affirme dans Sud-Ouest: "nous serons présents et fidèles à La Rochelle", notamment pour son université d'été. Mais la réintégration des deux dissidents ne va pas de soi, comme le relève Le Lab: "il faudra bien spur tourner la page mais ça dépend tout autant d'eux que de nous. Nous en discuterons."

> Mélenchon et le foot: "je n'y connais rien et ça ne m'intéresse pas"

"J'y connais rien au foot, ça m'intéresse pas". Dans une interview au magazine So Foot en fin de semaine dernière, Jean-Luc Mélenchon ne cache pas son hostilité vis-à-vis du ballon rond. Déjà parce qu'il n'y excellait pas: "les seules parties de football auxquelles j'ai participé étaient une affreuse mêlée sans intérêt", raconte-t-il. "Je n'étais pas le plus baraqué, ni le plus habile, et personne ne m'avait expliqué les règles du jeu". Mauvais souvenir, donc. Mais surtout, c'est le milieu du foot et ses salaires exorbitants qui ne passe pas: "c'est scandaleux que Ribéry gagne un Smic toutes les quarante minutes!", s'exclame-t-il.

A. K.