BFMTV

Pour Christian Estrosi, "les digues ont lâché" entre Les Républicains et le Rassemblement national

Le maire de Nice a dénoncé sur BFMTV-RMC "les errements" de certains Républicains et assure que la clarification du parti intervient "un peu trop tard."

Invité ce mardi matin sur BFMTV-RMC, le maire de Nice et président délégué du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte-d'Azur a tiré le signal d'alarme, à moins d'un an de l'élection présidentielle de 2022. Quelques semaines après avoir quitté Les Républicains, Christian Estrosi a assuré que "les digues ont lâché" entre le parti de droite et le Rassemblement national de Marine Le Pen.

"Mon regard m’amène à regretter que la clarification faite aujourd’hui, de la part de Damien Abad, de Christian Jacob, de Gérard Larcher, n'intervienne un peu trop tard. Ils le font, je m’en réjouis, mais lorsqu'il y a quatre semaines je demandais une clarification face à cette espèce de 'ni Macron ni Le Pen' affirmé par certains, où on sentait que les digues étaient en train de lâcher, ils ont refusé d’apporter cette clarification", a développé Christian Estrosi.

Pas "l'ensemble de cette formation"

Pour l'élu, cette clarification est donc inutile puisque'"un certain nombre ont déjà franchi le pas en direction du parti de Marine Le Pen." Il fait ici probablement référence à, Guillaume Peltier, vice-président délégué de LR, qui a affirmé dimanche lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI avoir des convictions communes avec Robert Ménard, maire de Béziers, soutenu par le Rassemblement national.

"Échanger, discuter, travailler avec Robert Ménard, ne me dérange en rien (...) Nous portons sur le redressement national, si j'en crois ce que je lis, oui un certain nombre de convictions communes", a continué Guillaume Peltier.

Christian Estrosi a également lancé un appel aux électeurs LR attachés "aux lignes rouges mises en place par Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy." "Ce n’est pas parce que quelques uns se laissent aller à ces errements que c’est l’ensemble de cette formation", assure-t-il.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV