BFMTV

Valérie Trierweiler partie, Julien Dray fera-t-il son retour?

Julien Dray

Julien Dray - -

Le vice-président du conseil régional d'Ile-de-France Julien Dray était l'invité, mardi matin, de BFMTV et RMC. Au menu: un climat politique digne des années 1930 et la mobilisation de la gauche contre les manifestations anti-Hollande.

Manifestation anti-Hollande, départ de Valérie Trierweiler, loi sur la famille: le dirigeant socialiste Julien Dray était l'invité, mardi matin, de BFMTV et RMC. Voici ce qu'il fallait retenir de son interview.

# L'heure de vérité: "oui Valérie Trierweiler m'avait mis dehors"

Valérie Trierweiler partie, le socialiste Julien Dray pourrait-il faire son retour dans l'entourage de François Hollande? "Ce qui est privé se traite en privé", a d'abord avancé le dirigeant socialiste refusant de commenter la rupture du chef de l'Etat, avant de reconnaître que l'ex-première dame l'avait effectivement écarté de l'entourage du président en 2012.

"Je préfère qu'on commence mal pour finir bien, plutôt que l'inverse", a-t-il ensuite ironisé.

# L'appel: la gauche doit se mobiliser

Julien Dray a ensuite appelé la gauche à une prise de conscience face au "bloc réactionnaire" notamment au regard de la manifestation anti-Hollande, il y a 10 jours. "La barbarie c'est quand des manifestants crient "juifs, juifs, juifs". La barbarie c'est quand des manifestants décident d'aller rue des Rosiers", a insisté Julien Dray, rappelant que le 9 août 1982, un attentat antisémite, contre le restaurant Goldenberg de la rue des Rosiers avait fait six morts et vingt-deux blessés.

"C'est pour ça qu'ils ont été arrêtés place Vauban", aux Invalides, a poursuivi Julien Dray. "Ils avaient l'intention de recommencer des choses qui ont existé". Plusieurs associations antiracistes ont déjà condamné la "violence" des "slogans xénophobes" lors de ce "Jour de colère" à l'appel d'un collectif hétéroclite. Quelque 250 manifestants avaient été placés en garde à vue à l'issue d'incidents en fin de cortège, dans lesquels 19 policiers ont été blessés.

# La prédiction: sur la loi sur la famille, "je leur ai dit: faites attention"

Interrogé mardi sur le retrait du projet de loi sur la famille, Julien Dray a ensuite assuré qu'il ne fallait toucher aux "fondamentaux de la société" que d'une "main tremblante". Le vice-président du conseil régional d'Ile-de-France a admis qu'il y avait eu lundi sur ce dossier "un flottement réel", notamment sur la PMA et la GPA.

L'élu d'IdF a assuré avoir averti ses amis socialistes en Bureau national il y a quatre mois, devant des ministres. "Je leur ai dit: faites attention, on doit toucher à ces fondamentaux de la société avec une main tremblante", a-t-il souligné en paraphrasant, comme Henri Guaino, un mot de Montesquieu.

"Ca ne veut pas dire qu'il ne faut pas les faire", a ajouté celui qui fut porte-parole du PS et député de l'Essonne. "Je m'inscris dans une logique d'évolution, de combat pour l'égalité des sexes, de mariage pour tous". "Mais je sais que je dois dialoguer avec la société", a ajouté Julien Dray. "Dans la loi sur le mariage pour tous, nous n'avons pas su, au moment où il fallait, prendre en considération ceux qui n'étaient pas d'accord avec nous". "Une loi sociétale, ça ne se joue pas à 51-49", a encore dit celui qui se dit toujours ami avec François Hollande, qu'il connaît "depuis 1984".

# Le tacle: "si Mélenchon croit se substituer à la gauche, il partira"

Si Jean-Luc Mélenchon croit "qu'il va se substituer à toute la gauche, il partira. Je lui ai dit", a indiqué Julien Dray au sujet de son ancien compagnon. "Jean-Luc Mélenchon a un problème avec lui-même, je l’ai entendu dire hier soir il faut un vote punition mais ce que je ne savais pas c’est qu’il est dans l’autopunition car il croit que seul les socialistes seront punis, il croit que lui va s’en sortir? Les gens ne vont pas lui dire mais toi tu as appelé à voter Hollande?", a-t-il insisté.

"Les années 1930 ça a été la défaite de tout le monde", a ensuite commenté le dirigeant socialiste, sous-entendant que le leader du Front de gauche participait, lui aussi, à un climat politique délétère.

# Le coup de gueule: "la pensée réactionnaire est à la mode"

"La pensée réactionnaire est à la mode", a encore insisté Julien Dray proposant à RMC de lancer un "sacrément Dray" pour balancer l'émission "carrément Brunet".

Hélène Favier