BFMTV

Mariage homo : le début houleux de la bataille parlementaire

Le débat parlementaire sur le mariage homo promet d'être houleux.

Le débat parlementaire sur le mariage homo promet d'être houleux. - -

L'UMP a claqué la porte de la commission des Affaires sociales après le rejet par la majorité socialiste de la commission d'amendements UMP et UDI instaurant des solutions alternatives au mariage pour tous, alliance civile ou union civile.

La bataille parlementaire autour du projet de loi sur le mariage homosexuel a commencé dès lundi sur plusieurs fronts, avec un premier débat houleux en commission et le dépôt d'une motion de députés UMP et UDI réclamant la tenue d'un référendum sur ce texte.

Avant-goût de la séance du 29 janvier

Les députés UMP ont claqué la porte lundi soir de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, qui a rendu un avis consultatif favorable sur le texte, avant que la Commission des Lois, compétente sur le sujet, s'en saisisse à partir de mardi. L'ensemble des députés débattront du texte en séance publique à partir du 29 janvier.

"Les députés présents de l'UMP ont refusé de continuer à participer au travail en commission comme si de rien n'était, comme si la loi ordinaire était l'instrument légitime de cette réforme, comme si les Français n'avaient pas exprimé - et avec quelle force - leur souhait d'être consultés par référendum", ont expliqué dans un communiqué les députés UMP Henri Guaino et Jean-Pierre Door.

Une attitude qualifiée de "scandaleuse" sur twitter par le député socialiste Jean-Marc Germain.

L'UMP quitte la com. des affaires sociales sur la loi #mariagepourtous H. Gaino jugeant que le "parlement n'est pas legitime"!!! Scandaleux
— Jean-Marc Germain (@jmgermain) January 14, 2013

Nouvelle demande d'un référendum

Une centaine de députés de droite et du centre, dont François Fillon, ont d'ailleurs déposé à l'Assemblée une motion demandant à François Hollande de soumettre à référendum le projet de loi, a annoncé Laurent Wauquiez (UMP), à l'origine de ce texte.

Cette motion référendaire, qui devrait être présentée dans l'hémicycle, demande que "le projet de loi ouvrant droit au mariage pour les personnes de même sexe soit soumis au référendum afin que les Français puissent décider eux-mêmes de l'avenir de la société dans laquelle ils veulent vivre".

Le texte souligne notamment que "s'il était adopté, le projet de loi proposé par le gouvernement aurait nécessairement des conséquences majeures en matière de politiques sociales", notamment en termes de retraites ou de congés d'adoption.

"Le gouvernement va être obligé de céder"

Par ailleurs, la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale a proposé des amendements précisant que les références aux "père" et "mère" dans la législation française subsisteront dans la législation mais s'appliqueront, en cas de couple homosexuel, aux deux partenaires de ce couple.

Pour Hervé Mariton, qui sera avec Philippe Gosselin l'un des deux porte-parole du groupe UMP durant le débat, cet amendement illustre "les contorsions" de la majorité. "Le gouvernement va être obligé de céder", et soit d'accepter le référendum, soit se rallier à "la porte de sortie" que constitue l'union civile, avance-t-il. "Au fur et à mesure du débat, la crédibilité de solutions alternatives du type de l'union civile se renforce, et est largement soutenu par les Français", a-t-il déclaré lundi.

D. N. avec AFP