BFMTV

Affaire Falletti: Taubira monte au créneau à l'Assemblée

Lors de chaque séance de questions au gouvernement, BFMTV.com sélectionne le meilleur de nos députés.

Lors de chaque séance de questions au gouvernement, BFMTV.com sélectionne le meilleur de nos députés. - -

L’ARÈNE PARLEMENTAIRE - Christiane Taubira se défend devant les députés, Philippe Martin esquive la polémique... Voici ce qu'il fallait retenir des questions au gouvernement.

L'Assemblée nationale, à défaut d'être le théâtre des rêves, est souvent celui des petites phrases bien senties et des répliques vengeresses. Lors de chaque séance de questions au gouvernement, BFMTV.com sélectionne le meilleur de nos députés. Voici ce qu'il fallait retenir ce mercredi:

> Le fait du jour: Christiane Taubira contre-attaque

"Je ne suis pas sûre que votre sollicitude soit de nature à servir, ni le procureur général de la cour d’appel de Paris, ni les procureurs généraux qui, eux, savent quelle estime je leur porte". Christiane Taubira se savait attendue au tournant par les députés UMP, ce mercredi 5 février, sur l'affaire Falletti. La réponse ne s'est pas faite attendre.

> Le contexte: les révélations du "Canard"

La ministre de la Justice s'exprimait alors qu'un article du Canard Enchaîné aussure qu'elle aurait exercé des pressions sur le procureur général de Paris, François Falletti.

L'UMP s'est d'ailleurs immédiatement saisi de l'affaire, Jean-François Copé allant même jusqu'à parler d'un "scandale d'Etat".

> Et aussi à l'Assemblée...

• Manuel Valls manie l'autodérision: le ministre de l'Intérieur, accusé dans L'express d'avoir demandé à ses services d'identifier les sources d'un journaliste du Figaro, a fait l'éloge du quotidien de droite. Il a ainsi évoqué un "excellent dossier publié ce matin dans un très bon journal, Le Figaro".

• Philippe Martin esquive la polémique sur le gaz de schiste: régulièrement en conflit avec Arnaud Montebourg sur la question, le ministre de l'Ecologie n'a pas voulu relancer le débat. "Je vois bien le terrain, ou peut-être le sous-terrain dans lequel vous voulez m'entraîner", a-t-il répondu à Bernard Accoyer (UMP). "Nous n'avons pas changé d'avis. Il n'y a pas d'alternative qui soit compatible avec nos exigences environnementales.

Y. D.