BFMTV

Paperboard, post-it, storytelling: ce que contient le surprenant guide de LaREM pour ses candidats aux municipales

Une urne - Image d'illustration

Une urne - Image d'illustration - AFP

A destination de candidats peu fourbus à l'exercice politique, ces 133 pages reprennent, point par point, le fonctionnement d'une campagne électorale.

A un peu plus de six mois des élections municipales de mars 2020, LaREM affiche ses ambitions. En présentant depuis quelques semaines plusieurs salves d’investitures, le parti de la majorité souhaite s’implanter sur l’ensemble du territoire français, quitte à se mettre à dos des militants de la première heure, qui ont fait le choix de la défection.

Il faut dire que pour la jeune formation politique, l’enjeu reste de taille. Et pour mettre toutes les chances de son côté, LaREM a décidé de faire parvenir, aux principales têtes de listes, députés et référents du parti, un document de 133 pages où de nombreux conseils de formation politique accélérée sont donnés afin d’aborder du mieux possible la prochaine campagne.

Le mot de Guerini

A l’image des législatives de 2017, de nombreux candidats aux mairies seront issus de la société civile. Pour cette raison, LaREM a décidé, au fil de ces dizaines de pages, d’offrir une formation accélérée à ses candidats. Le document débute par un édito du chef du parti, Stanislas Guerini.

"Nous lançons aujourd’hui un grand plan de formation, de tous nos candidats et de tous les citoyens souhaitant porter un projet progressiste et ambitieux. Ce guide en est une des briques. Au fil des pages, une méthode vous sera proposée afin de mener avec succès chaque étape de votre campagne", peut-on lire.

Une "carte empathique"

Au fil des pages, on comprend que LaREM souhaite mettre l'accent sur l'implantation locale de ses élus. Pour ce, il est conseillé de bien appréhender et comprendre la commune convoitée et sa population. Dans un premier temps, il est ainsi suggéré de réaliser un "diagnostic de son territoire" via une surprenante "carte empathique", habituellement utilisée en marketing. 

Un atelier est proposé pour réaliser ladite carte, à l'aide d'un paperboard et de plusieurs post-it, censés représenter les différents ressentis de l'électorat. Ainsi, il est conseillé de se mettre "dans la peau" de l'électeur, au point de le représenter de manière sensorielle.

Celui-ci, appelé persona dans ce document, est ainsi analysé sous plusieurs angles, notamment ses interactions en public et l'influence de ce qu'il voit et entend afin de retracer son "parcours de vie quotidien."

LaREM guide municipales
LaREM guide municipales © -

Cette carte devra, toujours selon le document, s'accompagner de rencontres, afin de faire perdurer cette implantation. Là encore, plusieurs conseils sont prodigués afin de préparer du mieux possible ces rendez-vous. 

Connaître et appréhender ses adversaires 

Plus loin dans le document, une partie appelée "Évaluer l’opportunité et les rapports de force politiques" présente les potentiels adversaires qu'un candidat LaREM risque d'affronter pour cette élection. 

Dans un premier temps, le "risque populiste" est logiquement évoqué, le Rassemblement national, ici visé, ayant été le principal adversaire des marcheurs lors des dernières élections européennes. 

Puis, est pris l'exemple de Véronique, une candidate dans une commune fictive, qui, toujours selon le document, pourrait devra faire face à plusieurs opposants-types: le maire sortant, au bon bilan, le candidat de La France insoumise, peu connu; un candidat du PS, bien implanté localement, et enfin un candidat écologiste qui propose un "projet innovant." Pour chaque éventualité, des questions sont soulevées et des solutions offertes.

Cette logique prépare également au potentiel report des voix à l'issue du premier tour, qui doit, en plus d'une analyse de la concurrence, également être soumis à l'historique politique de la commune. 

Équipe et financement de campagne

Par la suite, plusieurs points d'ordre pratique sont cités. Comme il est conseillé de ne pas se présenter "la fleur au fusil" au scrutin, plusieurs conseils afin de former une liste et une équipe sont donnés. Dans un premier temps, il convient de former un coeur d'équipe avant de l'élargir petit à petit vers des rôles plus subsidiaires. 

La financement de la campagne est également largement évoqué, et un tableau permettant de calculer son plafond de dépenses de campagne est fourni. Les remboursements de campagne, l'utilisation du compte de campagne ainsi que la gestion des recettes sont également évoqués. 

Les objectifs de campagne sont d'ailleurs mesurés selon cinq points, qui forment le terme SMART (Simple, Mesurable, Atteignable, Réaliste et Temporellement défini.)

Les réseaux sociaux en ligne de mire

La dernière partie du document, très dense, aborde de multiples points. Il est par exemple conseillé de ne "jamais perdre son sang froid" en cas d'attaque personnelle, en particulier sur les réseaux sociaux. "Une campagne électorale peut être rude, ce sont les règles du jeu", est-il indiqué. En cas d'attaques répétées, il est tout de même conseillé de contacter les autorités et de déposer une main courante. 

Les réseaux sociaux sont d'ailleurs longuement évoqués. Il est ainsi suggéré au candidat de "créer son histoire" sur plusieurs d'entre eux, dont Instagram, et de parler de ses motivations personnelles, de ses forces, mais aussi de ses faiblesses. 

Hugo Septier