BFMTV

Montebourg : « La loi sur la reprise de sites industriels votée d'ici 3 mois »

Arnaud Montebourg, ce vendredi sur RMC/BFMTV

Arnaud Montebourg, ce vendredi sur RMC/BFMTV - -

Invité d'RMC et BFMTV, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg est revenu ce vendredi sur le sort du site ArcelorMittal de Florange. Si le groupe refuse de le relancer, l’Etat trouvera des repreneurs, affirme-t-il, et obligera Arcelor à le céder grâce à une « loi votée avant 3 mois ».

Quel avenir pour Florange ? La question est sur toutes les lèvres, et c’est à Arnaud Montebourg de trouver la réponse. Invité d'RMC et BFMTV ce vendredi, le ministre du Redressement productif a bien évidemment dû revenir sur le sujet. « Nous faisons face à une vague de plans sociaux très durs pour les salariés, les familles, les territoires et les structures, a-t-il reconnu. Si nous fermons les hauts fourneaux, ils ne rouvriront jamais, notre stratégie est donc de maintenir ces hauts fourneaux ouverts. Le jour où l’acier repartira, nous pourrons exporter à nouveau, a-t-il dit, optimiste. Nous menons un travail de réarmement de la politique. Aujourd’hui, des grands groupes décident de fermer des sites rentables pour délocaliser. Si un repreneur se présente, nous procèderons par transmission forcée. Le projet de loi est en route, ce sera fait avant 3 mois », a-t-il dit, confirmant la promesse du gouvernement de forcer, par la loi, les groupes qui veulent fermer des sites à les céder.

« La loi sera applicable au site de Florange »

Le ministre affirme qu’une proposition a été faite à ArcelorMittal, libre au groupe maintenant de faire son choix. « Pour l’instant, il prend le temps de la réflexion, le week-end, il donnera sa décision lundi. Si les hauts fourneaux ne redémarrent pas, nous souhaitons qu’ils soient repris par un repreneur. Nous allons aller voir tous les aciéristes du monde ». Et s’il dit non à tout, refuse d’un côté de relancer les hauts fourneaux mais aussi de les céder ? « La loi sera applicable au site de Florange », résume le ministre qui affirme que l’Etat ne laissera pas faire.

La Rédaction