BFMTV

Mauvais temps: un maire du Sud de la France s'insurge contre les bulletins météo

Et si la pluie était en fait positive?

Et si la pluie était en fait positive? - Jean-François Renaud - Flickr - CC

Pourquoi la pluie serait-elle forcément du "mauvais temps"? C'est la question que pose un élu du Sud aux chaînes de télévision, accusée de dénigrer les précipitations.

"Exaspéré" de voir la pluie systématiquement qualifiée de "mauvais temps" dans les bulletins météorologiques alors que sa commune souffre d'un manque de précipitations, le maire d'Allauch (Bouches-du-Rhône) a écrit aux dirigeants des chaînes de télévision pour dénoncer une "formulation bien malheureuse".

"De manière générale, les différents présentateurs et présentatrices de ces bulletins (météorologiques) ne cessent de qualifier le temps ensoleillé de 'beau temps' et le temps pluvieux de 'mauvais temps'. Outre le fait que la langue française met à notre disposition un vocabulaire riche permettant aisément d'éviter ce type d'abus de langage, je tiens à souligner qu'il s'agit là d'une hérésie", écrit Roland Povinelli, maire PS de cette commune proche de Marseille et ex-sénateur.

La pluie est "absolument nécessaire"

"Si la pluie n'enchante peut-être pas tout le monde, elle n'en demeure pas moins absolument nécessaire aux besoins de chacun d'entre nous (...) et assure tout simplement l'existence de la vie!", poursuit l'élu, dans ce courrier adressé à Gilles Pelisson, le patron de TF1, mais qu'il assure avoir envoyé aux dirigeants de tous les groupes de chaînes de télévisions nationales.

"Les exemples pourraient être multipliés à l'envi pour démontrer les bienfaits de la pluie et, vous l'aurez compris, la qualifier de 'mauvais temps' est une formulation bien malheureuse. Aussi je vous invite à recommander à vos journalistes d'user des vocables appropriés pour présenter sérieusement les bulletins météorologiques et de ne plus cantonner le temps pluvieux à du 'mauvais temps'", conclut l'élu fan de pluie.

Un point de vue partagé par Fanny Agostini, spécialiste météo pour BFMTV:

"Le mauvais temps n'est pas un bon qualificatif. Le seul mauvais temps, c'est celui qui dure. La persistance de la pluie, tout comme celle du soleil est néfaste, la nature a besoin d'alternance. C'est l'une des conditions pour que la biodiversité puisse s'épanouir, tout comme les activités humaines".

la rédaction avec AFP