BFMTV
Politique

Macron annonce un statut spécifique pour les agents publics "morts pour le service de la République"

Le président Emmanuel Macron, le 27 avril 2021 à Paris

Le président Emmanuel Macron, le 27 avril 2021 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Si un statut spécifique existe déjà pour les militaires et les policiers, le président de la République souhaite en créer un nouveau pour les agents du service public morts en exerçant leur mission.

C'est un "acte de justice et de fraternité" que propose ce vendredi matin Emmanuel Macron. Dans une vidéo publiée sur son compte Twitter, le chef de l'Etat dit vouloir créer un statut spécifique pour les agents du service public morts alors qu'ils exerçaient leur mission, pour le service de la République.

"Leur don de soi peut parfois aller jusqu'au tribut suprême. Ils prennent soin de la vie des autres et nous devons reconnaître qu'ils ont porté la solidarité jusqu'au sacrifice (...) Leur engagement nous oblige par-delà leur mort", déclame le président de la République.

Pupilles de la Nation

Il s'agit notamment de rendre hommage aux personnes mortes lors d’opérations de sauvetage ou de secours, comme les soignants décédés après avoir été contaminés alors qu'ils portaient assistance à des malades du Covid-19.

Ainsi, Emmanuel Macron propose d'accorder "aux agents décédés dans des circonstances exceptionnelles au service du bien commun" le statut spécifique de "mort pour le service de la République" et de permettre à leurs enfants de "devenir pupille de la République".

Les statuts de "morts pour la France" et "morts pour le service de la Nation" existent déjà pour les militaires et policiers "tombés au combat pour la défense de la patrie (...) Au nom des vies qu'ils ont sauvées, elle [la République, ndlr] prend sous son aile les vies qu'ils ont donné. Elle apporte à leurs orphelins, un soutien matériel et moral pour les aider à se relever", explique Emmanuel Macron. C'est une manière de reconnaître publiquement l’abnégation des femmes et des hommes qui s’engagent et se sacrifient pour la sécurité du pays.

Ceux qui sont "morts pour la France"

"La République française sait ce qu'elle doit à ceux qui sont 'morts pour la France' ou 'pour le service de la Nation'", affirme-t-il.

"La République doit beaucoup à ceux qui la servent et plus encore à ceux qui ont donné leur vie pour elle. Les enfants des soignants décédés pendant la pandémie (de Covid-19) seront pupilles de la République, comme le proposaient François Jolivet et les députés LaREM il y a un an", a expliqué dans un tweet Christophe Castaner, le président du groupe LaREM à l'Assemblée nationale.

Les députés LaREM avaient alors fait voter une résolution en ce sens. Elle va être traduite dans un amendement dans la proposition de loi sur le modèle de sécurité civile et le volontariat des sapeurs-pompiers au menu de l'Assemblée nationale la semaine prochaine, ont précisé à l'AFP des sources parlementaires. La mise en œuvre de cette mesure sera confiée à l’office national des anciens combattants et des victimes de guerre.

Agathe Lambret avec Ambre Lepoivre