BFMTV

Le voile se lève sur la loi contre le niqab

Reproduction de l'affichette distribuée au grand public à partir de ce jeudi, afin d'expliquer la loi contre le port du voile intégral dans l'espace public.

Reproduction de l'affichette distribuée au grand public à partir de ce jeudi, afin d'expliquer la loi contre le port du voile intégral dans l'espace public. - -

En pleine polémique sur le débat sur l'Islam en France, la loi sur l'interdiction du voile intégral devient réalité. Le texte, promulgué en octobre dernier, est publié ce jeudi au Journal officiel et une campagne d'information volontairement sobre est lancée pour l'expliquer.

Cette loi interdisant « la dissimulation du visage dans l'espace public » sert officiellement à réaffirmer les valeurs de la République et vise clairement les adeptes du voile intégral islamique - essentiellement le niqab, mais en théorie également la burqa.
Elle concerne, selon les statistiques du ministère de l'Intérieur, moins de 3.000 personnes en France, soit une petite minorité.

Jusqu'à 150 euros d'amende

Le principe, simple, de la loi, est rappelé sur l'affiche de la campagne d'information: « Nul ne peut, dans l'espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage ». Il faudrait rajouter « entièrement » parce que, et la loi le stipule d'ailleurs, le port de lunettes et autres chapeaux reste légal. La tenue qui pose problème est celle qui rend impossible l'indentification de la personne. Les forces de l'ordre veilleront à l'application « effective mais sereine » de la loi, ont expliqué les services du Premier ministre François Fillon.
Quiconque l'enfreindra sera passible d'une amende de 150 euros maximum. Le fait de contraindre un tiers à dissimuler son visage est puni plus sévèrement et cette dernière sanction est entrée en vigueur dès le mois d'octobre. La loi dans son ensemble prendra effet le 11 avril prochain. Elle s'applique partout où le public accède librement : sur la voie publique mais aussi dans les services publics, les commerces, les restaurants, les salles de spectacle ou les terrains de sport.

« La République se vit à visage découvert »

Cette loi va entrer dans les faits alors que la majorité se divise sur le débat sur certaines pratiques liées à la religion musulmane que souhaite conduire l'UMP avec les encouragements de l'Elysée. Par ailleurs, le texte avait conduit le chef d'Al Qaïda, Oussama ben Laden, à dire que des représailles contre la France étaient justifiées.
Pas question, donc, d'une campagne agressive avec spots télévisés - 100.000 affichettes, 400.000 dépliants et un site internet (www.visage-decouvert.gouv.fr), consultable à partir de vendredi, suffiront. « La République se vit à visage découvert », lit-on sur les affichettes, qui seront placardées dans les services publics. Elles représentent un buste de Marianne, de face, d'un type fréquemment utilisé sous la IIIe République. Pas de décolleté affriolant, donc, et encore moins de Brigitte Bardot. « C'est un sujet politique, pas un sujet de pub », explique-t-on à Matignon.