BFMTV

Un déplacement d'Édouard Philippe dans les Hautes-Alpes estimé à 150.000 euros

Edouard Philippe se rendait dans les Hautes-Alpes. (image d'illustration)

Edouard Philippe se rendait dans les Hautes-Alpes. (image d'illustration) - Karim Sahib - AFP

Le déplacement du Premier ministre la semaine dernière à Gap, dans les Hautes-Alpes, a coûté 150.000 euros, estime Le Canard enchaîné. La faute à une météo capricieuse. Pour Matignon, l'addition est plus légère.

Un aller-retour express en première classe. Le déplacement du Premier ministre à Gap, dans les Hautes-Alpes, la semaine dernière, a coûté 150.000 euros, selon les calculs du Canard enchaîné à paraître mercredi. Une coquette somme pour une visite de seulement quelques heures.

Ce 29 août, Édouard Philippe, accompagné du secrétaire d'Etat auprès du ministère de la Transition écologique et de la députée de la Somme Barbara Pompili, s'est rendu aux Assises de l'eau qui se déroulaient à Chaillol, près de Gap.

Avec eux, un groupe de journaliste pour suivre ce déplacement au cours duquel le locataire de Matignon a promis de débloquer 2 milliards pour aider les collectivités à rénover leurs réseau d'eau mais aussi la création d'un "chèque eau" afin de créer un tarif social pour cette ressource.

Crainte du mauvais temps

Si le gouvernement cherche à préserver cette ressource, c'est le bilan carbone qui a pris un coup avec ce déplacement. Au départ de Paris, un des deux avions Casa, des cargos militaires, est tombé en panne.

Deux hélicoptères Puma ont donc été affrétés pour transporter, dans la matinée, le Premier ministre, son équipe et les journalistes. Le temps du déplacement, l'avion Casa de Matignon s'est posé à Grenoble, à une centaine de kilomètres, par crainte du mauvais temps.

Matignon conteste le calcul

Attendu dans l'après-midi à Paris, Édouard Philippe et son équipe ont rejoint la capitale iséroise en hélicoptère puis Paris à bord du cargo militaire. Les journalistes ont, eux, attendu le retour des hélicoptères pour regagner la capitale. Bilan: une addition de 150.000 euros obtenue par Le Canard Enchaîné à partir des tarifs "définis par la Cour des comptes".

Contacté par BFMTV.com, Matignon a confirmé que "différents transports ont été mobilisés, notamment pour la presse (dont faisait partie BFMTV)", les coûts de transport des journalistes restant à la charge des rédactions. Par ailleurs, les services du Premier ministre contestent le calcul du Canard Enchaîné, estimant l'addition du déplacement à 80.000€.

J.C.