BFMTV

PS : L'annonce du successeur d'Aubry perturbée par un agenda de crise

BFMTV
Initialement, la première secrétaire envisageait de faire l'annonce lundi soir, mais le calendrier gouvernemental est de plus en plus chargé.

Il reste quelques heures, quelques jours tout au plus avant de connaître le nom du successeur de Martine Aubry à la tête du Parti socialiste. À Matignon on l’assure, le consensus est tout près. Pourtant la bataille bat son plein entre les deux candidats potentiels, Jean-Christophe Cambadélis d'un côté, qui a les faveurs de la première secrétaire, et Harlem Désir, de l'autre, qui ne cesse d'engranger les soutiens y compris parmi les ministres du gouvernement, Delphine Batho ou encore Manuel Valls.

Le ministre de l'Intérieur l'a dit ce matin au micro d'RTL, selon lui Harlem Désir "est le mieux placé", notamment parce qu'il "est le numéro deux, parce qu'il a eu la responsabilité du Parti socialiste au moment des primaires", auxquelles l'élu de l'Essonne était lui-même candidat à l'automne 2011.

En guise de réponse, Jean-Christophe Cambadélis, a dit sur Radio Classique et Public Sénat avoir "confiance", tout en égratignant Manuel Valls. Comme on lui demandait si les jeux étaient faits en sa faveur, le député de Paris a tempéré : "au Parti socialiste, il vaut mieux ne pas faire de pronostic, les choses sont toujours compliquées". "Mais disons que j'ai confiance", a-t-il ajouté.

"Là, il y a une certaine confusion, parce que c'est la désignation du premier signataire de la motion la plus importante, qui donne bien sûr beaucoup de chances d'être premier secrétaire", a-t-il analysé, "mais il y aura un vote" et "d'autres candidats".

Quant à la préférence pour son rival Harlem Désir exprimée un peu plus tôt par le ministre l'Intérieur, Jean-Christophe Cambadélis a considéré que le locataire de la place Beauvau devrait "se concentrer sur son activité ministérielle plutôt que donner l'impression de s'intéresser principalement au Parti socialiste".

Calendrier chargé

Rue de Varenne, on se dit bien embêté de cette petite guerre entre socialistes au milieu d'un agenda gouvernemental de plus en plus chargé : dimanche soir, François Hollande sera l'invité du journal télévisé de TF1, lundi et mardi Jean-Marc Ayrault doit se rendre à Marseille, des rendez-vous nécessaires pour tenter de répondre aux nombreuses critiques. Alors… dans ce calendrier de crise ou faut- il caser la séquence "Aubry" ?

Initialement, la première secrétaire envisageait d'annoncer son successeur lundi soir, peu de temps avant la date limite de dépôt des différentes motions. Va-t-elle faire l'annonce plus tôt que prévu ?