BFMTV

Ile-de-France: Royal veut revenir sur l'interdiction des feux de cheminées

Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, le 4 décembre à Saint-Benoît-des-Ondes dans le nord-ouest de la France.

Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, le 4 décembre à Saint-Benoît-des-Ondes dans le nord-ouest de la France. - Charly Triballeau - AFP

Concernant l'interdiction annoncée des feux de cheminées en Ile-de-France, la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a signifié mardi, son intention de revenir sur l'arrêté préfectoral.

L'interdiction des feux de cheminées en Ile-de-France est "excessive", a estimé mardi la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, qui a annoncé son intention de revenir sur l'arrêté préfectoral prévoyant de les interdire à compter du 1er janvier.

"Je vais faire changer cette décision qui ne va pas dans le bon sens", a déclaré la ministre sur France 2, estimant qu'avec cette disposition prise dans le cadre d'un plan de protection de l'atmosphère (PPA), "on était dans le ridicule".

"Je ne suis pas favorable à une société d'interdictions"

La ministre a fustigé une "décision un peu absurde" et qui selon elle, ne sera "pas appliquée, car il n'y a pas de sanction". "J'ai été moi-même très surprise, surtout des chiffres qui ont été utilisés. On nous a fait croire que les feux de cheminée polluaient plus que les voitures diesel", a expliqué Ségolène Royal, indiquant avoir été saisie de ce sujet par des associations de consommateurs.

"Il faut être un peu raisonnable. Je ne suis pas favorable à une société des interdictions", a-t-elle ajouté, se disant au contraire favorable au chauffage au bois.

Une opinion que partage Benoît Hartmann, porte-parole de l'association France nature environnement. "On ne peut pas nier qu'il y a un problème avec les feux de cheminée, responsable de 50% des particules chimiques que l'on respire selon la saison. Mais peut-être l'interdiction est une mesure excessive".

Ne pas "remettre en cause toute la filière bois"

"J'encourage en tant que ministre de l'Ecologie le chauffage au bois. La France est quand même la quatrième forêt européenne (...) et il y a des poêles de chauffage au bois qui sont très performants", a-t-elle souligné.

Ségolène Royal a ajouté qu'elle ne voulait pas que cet arrêté "mette en cause toute la filière bois et tout le développement des énergies renouvelables".

Les feux de cheminée en "foyers ouverts" doivent normalement être interdits à compter du 1er janvier 2015 à Paris et dans 435 communes de la région, sur une zone rassemblant presque neuf Franciliens sur dix, en vertu d'un arrêté préfectoral pris dans le cadre d'un plan de protection de l'atmosphère (PPA), pour réduire les émissions de particules fines.

La maire de Paris Anne Hidalgo avait ce dimanche annoncé sa volonté de voir "la fin du diesel à Paris en 2020" et de rendre le centre de la capitale semi-piétonnier. Ce plan antipollution sera discuté le 9 février au conseil de Paris.

D. N. avec AFP