BFMTV
en direct

L'Assemblée nationale vote la confiance au gouvernement

Jean Castex, à l'Assemblée nationale le 15 juillet 2020.

Jean Castex, à l'Assemblée nationale le 15 juillet 2020. - BFMTV

Le Premier ministre Jean Castex déclinait devant l'Assemblée nationale ce mercredi la feuille de route du gouvernement pour les prochains mois.

C'est la fin de ce direct

Merci d'avoir suivi l'actualité de ce jour sur BFMTV.com.

L'Assemblée nationale vote la confiance au gouvernement

Après le discours de politique générale de Jean Castex, les députés ont voté la confiance au gouvernement ce mercredi peu avant 20 heures.

Au total, 565 députés ont voté, sur les 577 de l'hémicycle, et 522 ont exprimé leur suffrage.

345 parlementaires ont accordé leur confiance au gouvernement, contre 177.

"Maintenant, au travail", a réagi Jean Castex.

"La République est partout chez elle", réagit Darmanin après la blessure par balle d'un pompier

En déplacement à Étampes (Essonne), au lendemain de l'agression par balle d'un pompier en intervention, Gérald Darmanin a déclaré que "la République est partout chez elle, les pompiers sont partout chez eux, et ceux qui agressent les pompiers (...) se mettent en dehors de la République"

"Cette agression qui a été commise contre lui est une agression contre la République", a poursuivi le ministre de l'Intérieur.

"J'ai pris la décision, après en avoir consulté le Premier ministre, que désormais, chaque fois que les forces de l'ordre seront attaquées, des gendarmes, des policiers, chaque fois qu'un pompier sera agressé, le ministère portera systématiquement plainte, en plus de ce que fera évidemment la personne agressée", a également indiqué Gérald Darmanin.

André Chassaigne dit avoir le sentiment d'un "Parlement qui est humilié"

"Le sentiment qu'on a aujourd'hui un Parlement qui est humilié et qui ne sert pas à grand-chose. On ne touche pas au système. (...) Aujourd'hui, chichement, c'est le simple prolongement de la politique conduite depuis plusieurs années, c'est d'une pauvreté ahurissante", a réagi le député communiste André Chassaigne auprès de l'AFP dans les couloirs de l'Assemblée nationale, après le discours de politique générale de Jean Castex.

Vote de confiance: "Cela se fera sans doute mais sans nous", répond Mélenchon

"Vous assurez enfin la responsabilité minimum qu'on attend d'un Premier ministre dans une démocratie parlementaire", a tancé Jean-Luc Mélenchon ce mercredi à la tribune de l'Assemblée nationale, à l'adresse de Jean Castex, peu avant le vote de confiance au gouvernement.

"Cela se fera sans doute mais sans nous", a poursuivi le député des Bouches-du-Rhône. "Pourquoi nous ferions-vous confiance politiquement?"

"Il n'y a pas une personne en France qui croit que vous déterminerez quoi que ce soit de la politique de la Nation", a taclé le leader insoumis.

Collard tacle Castex après son discours de politique générale

Le député européen a réagi sur Twitter au discours de politique générale de Jean Castex, critiquant la nomination d'Éric Dupond-Moretti en tant que garde des Sceaux.

Pour Corbière, le discours de Castex est dans la "continuité" de ces trois dernières années

"Fondamentalement, le discours de M. Castex, c'est la continuité de ce qui s'est passé ces trois dernières années", a réagi Alexis Corbière depuis l'Assemblée nationale, après le discours de politique générale du Premier ministre.

"L'aspect positif du discours de Jean Castex, c'est qu'il annonce la création d'un Commissariat général au Plan", a toutefois noté le député La France insoumise.

Ciotti se dit "sincèrement déçu par ce discours" de politique générale

"Je suis sincèrement déçu par ce discours, il était creux, il était plat, il était très éloigné du concret qu'on pouvait attendre d'un homme comme Jean Castex", a réagi le député LR des Alpes-Maritimes Éric Ciotti à l'issue du discours de politique générale du Premier ministre. "Je dirais que l'exercice ne restera pas dans les annales de la Ve République", a taclé le parlementaire.

Castex annonce la création du 5e risque de la Sécurité sociale

"Autre réforme qui sera mise au crédit de ce gouvernement et d'une majorité qui j'espère sera la plus large possible, la création du 5e risque de la Sécurité sociale, pour la prise en charge de la dépendance, liée au grand âge, qui constituera, vous le savez et vous le souhaitez, une avancée historique. Je souhaite que les travaux engagés notamment par vous (les députés, NDLR) puissent se poursuivre selon des modalités que nous arrêterons en lien avec les partenaires sociaux. Cette avancée, si souvent annoncée, si longtemps attendue, devra aboutir avant la fin du quinquennat", a annoncé Jean Castex.

Castex annonce 6 milliards d'euros d'investissement dans le système de santé

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé mercredi un plan d'investissement de six milliards d'euros dans le système de santé, venant s'ajouter aux 13 milliards d'euros de reprise de la dette hospitalière d'ores et déjà prévu par le gouvernement.

L'objectif est de donner davantage de souplesse aux établissements, d'intégrer la qualité des soins dans les règles de financement des hôpitaux et des médecins de ville" et "de mettre l'accent sur la prévention", a précisé le chef du gouvernement dans son discours de politique générale.

Castex promet une "réponse ferme" aux "minorités ultra violentes" et à "la délinquance du quotidien"

Castex promet une "réponse ferme" aux "minorités ultra violentes" et à "la délinquance du quotidien"

"Une forme d'impunité s'est installée", a ajouté le Premier ministre.

"J'ai demandé au garde des Sceaux d'enflécher pour créer dans les territoires des juges de proximité", pour réprimer "les incivilités du quotidien".

Castex annonce un projet de loi "contre les séparatismes" à la rentrée

"Un projet de loi contre les séparatismes sera présenté en conseil des ministres à la rentrée pour éviter que certains groupes ne se referment autour d'appartenances ethniques et religieuses", a ajouté le Premier ministre.

Lutter contre l'islamisme radical demeure "une préoccupation majeure" du gouvernement, annonce Castex

Dans son discours de politique générale mercredi, Jean Castex a indiqué que la lutte contre l'islamisme radical demeurait "une préoccupation majeure" de son gouvernement.

"La République, c'est la laïcité comme valeur cardinale, comme fer de lance de la cohésion de la société. Aucune religion, aucun courant de pensée, aucun groupe constitué ne peut s'approprier l'espace public et s'en prendre aux lois de la République", a déclaré le chef du gouvernement.

"La France peut être fière de son corps enseignant", dit Castex

"Autant que notre protection sociale, mesdames et messieurs les députés, notre pacte républicain constituera le plus solide des remparts contre la crise. Plus que jamais, il est de notre devoir collectif de le conforter. Le premier rempart de notre République, c'est l'école. La France peut être fière de son corps enseignant. Depuis trois ans, une profonde refondation de l'école a été engagée, nous la poursuivrons à la rentrée en ciblant notre action sur les enfants qui ont décroché durant le confinement. Je veux dire aussi ici mon attachement à l'éducation artistique, au sport à l'école et enfin à l'école inclusive", a déclaré le chef du gouvernement mercredi au Palais-Bourbon.

Castex annonce une revalorisation de l'allocation de rentrée scolaire dès septembre

Retraites: réforme "nécessaire", en la distinguant "de toute mesure financière", nuance Castex

"Je proposerai aux partenaires sociaux comme aux parlementaires que la concertation reprenne afin d'améliorer le contenu comme la lisibilité de cette réforme nécessaire en la distinguant très clairement de toutes mesures financières appelées parfois paramétriques", a indiqué Jean Catex au sujet de la réforme des retraites.

"En matière de retraites, la crise nous invite plus que jamais à poursuivre nos objectifs vers un système plus juste et plus équitable (...) Cela implique clairement la disparition à terme des régimes spéciaux", a précisé le chef du gouvernement dans son discours de politique générale.

Castex annonce "plus de 20 milliards" d'euros pour la rénovation thermique et les technologies vertes

Le plan de relance consacrera "plus de 20 milliards d'euros" à la rénovation thermique des bâtiments, à la réduction des émissions et au soutien des "technologies vertes", a annoncé Jean Castex mercredi devant l'Assemblée nationale.

"Le plan de relance proposera de mobiliser plus de 20 milliards d'euros pour la rénovation thermique des bâtiments, pour réduire les émissions des transports et de nos industries, pour produire une alimentation plus locale et durable, pour soutenir les technologies vertes de demain comme les batteries, pour mieux recycler et moins gaspiller", a détaillé le chef du gouvernement dans sa déclaration de politique générale.

"Nous voulons faire de l'économie française la plus décarbonée d'Europe", a fixé le Premier ministre.

"Dans une telle situation de crise, la réponse ne saurait être l'austérité budgétaire", dit Castex

"Dans une telle situation de crise, la réponse ne saurait être l'austérité budgétaire qui ne ferait qu'aggraver les choses. Autant nous devons assumer le sérieux budgétaire sur nos dépenses de fonctionnement, autant nous devons ensemble assumer cet investissement massif qui, et c'est une grande innovation par rapport à la crise de 2008, bénéficie d'un soutien exceptionnel de l'Union européenne, que la France a su négocier", a détaillé Jean Castex.

Le plan de relance portera un "plan vélo très ambitieux", dit Castex

Jean Castex annonce un "plan vélo très ambitieux" dans le cadre du plan de relance économique.

"Je crois en la croissance écologique, pas en la décroissance verte", a également estimé le Premier ministre.

"Nos entreprises doivent évoluer, et les investissements massifs du pacte productif vont les y aider". "A nous de concilier transition écologique et pouvoir d'achat", a-t-il ajouté, rappelant que les travaux allaient commencer pour mettre en oeuvre les propositions de la Convention citoyenne pour le climat.

Castex veut démarrer la rénovation urbaine dans 300 quartiers avant la fin 2021

Le Premier ministre Jean Castex a souhaité mercredi devant l'Assemblée nationale que la rénovation urbaine de 300 quartiers, sur 450 concernés, démarre avant la fin 2021.

"S'agissant du plan de rénovation urbaine visant à restaurer la République dans les quartiers et à permettre l'émancipation de leurs habitants, il faut que d'ici la fin de l'année prochaine, les travaux aient effectivement démarré dans 300 des 450 quartiers concernés", a affirmé le chef du gouvernement dans sa déclaration de politique générale.

Castex annonce la création d'un Commissariat général au Plan

"Nous avons progressivement perdu notre capacité à nous projeter dans le long terme, à planifier une politique économique, à identifier les gisements de croissance future, à définir une perspective. C'est la raison pour laquelle le président de la République souhaite la création rapide d'un Commissariat général au Plan, qui aura pour mission d'incarner et d'animer une telle politique", a indiqué Jean Castex.

Castex annonce des repas à un euro pour les étudiants boursiers dans les restaurants universitaires

Pour soutenir les jeunes, et notamment les étudiants les plus modestes, Jean Castex a annoncé que des repas à un euros seraient proposés aux étudiants boursiers dans les restaurants universitaires.

Afin de "soutenir les étudiants, notamment les plus modestes, qui se retrouvent en difficulté avec moins d'accès aux petits boulots", le chef du gouvernement a annoncé que "dès la rentrée, les repas dans les restaurants universitaires seront à 1 euro pour les étudiants boursiers", contre 3,30 euros actuellement.

"Nous allons aménager la réforme de l'assurance-chômage", annonce Castex

"Pour tenir compte du contexte de la crise, nous allons aménager la réforme de l'assurance-chômage, ce sera l'un des points que nous aborderons vendredi dans le cadre de la conférence du dialogue social", a annoncé Jean Castex.

Un "droit à la différenciation" des territoires consacré dans une loi organique, annonce Castex

Le Premier ministre Jean Castex a proposé mercredi devant l'Assemblée nationale qu'un "droit à la différenciation" des territoires soit "consacré dans une loi organique".

La "confiance dans les territoires suppose que le droit à la différenciation soit consacré dans une loi organique" et passe "par une nouvelle étape de la décentralisation", ainsi que "sur une évolution profonde de l'organisation interne de l'État", a déclaré le chef du gouvernement dans sa déclaration de politique générale.

Castex fait de la lutte contre le chômage "la priorité absolue des 18 prochains mois"

"C'est avec une méthode nouvelle que nous allons prendre ensemble, à bras le corps, cette crise, avec une obsession en tête, la lutte contre le chômage et la préservation de l'emploi, priorité absolue de mon gouvernement pour les prochains 18 mois. La première urgence, parce que ce sont toujours les premiers touchés par la crise, parce qu'ils sont l'avenir, ce sont les jeunes", a annoncé Jean Castex.

Un plan jeunesse "sera discuté vendredi avec les partenaires sociaux". L'État y aidera notamment "avec un dispositif exceptionnel de réduction du coût du travail, à hauteur de 4000 euros par an, pour les jeunes de moins de 25 ans, jusqu'à 1,6 Smic, dans toutes les entreprises et pour une durée d'au moins un an".

Toutes les créations d'emploi de fonctionnaires se feront dans les services départementaux, dit Castex

Le Premier ministre Jean Castex a affirmé mercredi devant l'Assemblée nationale que toutes les créations d'emploi de fonctionnaires qui seront autorisées par le projet de budget pour 2021 seront affectées dans les services départementaux de l'État et non les administrations centrales, y voyant "une révolution".

"Toutes les créations d'emploi qui seront autorisées par le projet de loi de finances pour 2021 seront affectées, sauf exception justifiée, dans les services départementaux de l'État et aucun dans les administrations centrales. C'est une révolution", a affirmé le chef du gouvernement dans sa déclaration de politique générale.

"Il est urgentissime de faire évoluer le logiciel de l'action publique", dit Castex

Les agents publics "sont bien souvent aussi les victimes d'une organisation collective inapdaptée dans laquelle se consument l'intelligence et les bonnes volontés. C'est le règne de l'impuissance publique, qui fait le lit du discrédit, de la volonté politique. Il est urgentissime de faire évoluer le logiciel de l'action publique. L'erreur serait de penser qu'il faudrait en cela remettre en cause l'État, car l'État c'est la France, mais l'État ne s'est pas adapté à la France", a fait valoir Jean Castex mercredi.

Castex fustige les ennemis "terroristes, complotistes, séparatistes, communautaristes"

"La confiance entre l'État et les corps intermédiaires qui structurent la société, la confiance en l'avenir, la France c'est la République, et celle-ci aussi se trouve aujourd'hui ébranlée dans ses fondements par la coalition de ses ennemis, terroristes, extrémistes, complotistes, séparatistes, communautaristes", a fustigé Jean Castex.

"Notre première ambition, immense" sera de "réconcilier ces France si différentes, les souder ou les ressouder", a assuré le nouvel occupant de Matignon.

Jean Castex prône "le développement du port du masque"

Au début de son discours de politique générale, le nouveau Premier ministre a prôné "le développement du port du masque" et "une intensification de la politique de dépistage".

"Ce que nous devons par-dessus tout éviter, c'est un retour à des formes strictes et larges de confinement, dont nous connaissons désormais le coût", a ajouté le chef du gouvernement lors de sa déclaration de politique générale.

Jean Castex commence son discours de politique générale à l'Assemblée nationale

"J'ai avant tout une pensée pour celles et ceux qui ont été frappés par la maladie et pour les Françaises et les Français qui ont perdu un proche. Je veux aussi saluer l'action de tous ceux qui se sont mobilisés, qui se sont battus sans relâche pour sauver des vies", a commencé Jean Castex lors de son discours de politique générale à l'Assemblée générale.

"Je veux ici rendre hommage au travail d'Édouard Philippe et de son gouvernement (...) l'Histoire se souviendra des réformes ambitieuses qu'il a menées", a salué le successeur d'Édouard Philippe.

Pannier-Runacher ironise sur l'oubli de son masque mardi

Après avoir oublié son masque pour la cérémonie du 14-Juillet mardi, Agnès Pannier-Runacher a ironisé sur Twitter, indiquant qu'elle ne l'oublierait pas ce jour pour la déclaration de politique générale de Jean Castex.

Jean Castex dit "ne pas venir du sérail", malgré un CV très politique

Avant son discours de politique générale, Jean Castex a répondu à quelques questions du Figaro. Dans l'article issu de cet entretien, le Premier ministre revient notamment sur son déficit de notoriété - et de popularité - par rapport à son prédécesseur Édouard Philippe.

"Ne pas venir du sérail peut aussi être un atout quand on sait que la classe politique est discréditée. Et chaque jour qui passe je suis un peu plus dans la classe politique! Il faut être comme on est, et après on sera jugés sur pièces, sur l’action."

Pas du sérail, Jean Castex? Cette déclaration du Premier ministre a fait réagir sur Twitter où certains, à l'image de ces deux journalistes de Libération, rappellent quelques unes des précédentes lignes de son CV: directeur de cabinet de Xavier Bertrand au ministère de la Santé puis au ministère du Travail, conseiller de Nicolas Sarkozy ou encore secrétaire général adjoint de l'Élysée.

9 millions de téléspectateurs pour Emmanuel Macron

Près de 9 millions de téléspectateurs ont suivi l'entretien télévisé du 14-Juillet d'Emmanuel Macron, toutes chaînes confondues, pour une part d'audience de 62,7%, selon des données de Médiamétrie. Sur TF1, cet entretien dans lequel il a annoncé plusieurs mesures face à la crise économique et sanitaire a été suivi par 4,7 millions de téléspectateurs pour une part d'audience de 32,8% et ils étaient 3,3 millions sur France 2, soit 23,5% du public. Le détail des audiences pour les chaînes d'info dont BFMTV, sera publié plus tard.

La dernière allocution présidentielle, le 14 juin, avait attiré 23,6 millions de téléspectateurs, pour une part d'audience cumulée de 85,6%. Et sa dernière interview télévisée, qui s'était déroulée dans une école le 5 mai, avait réuni 13,8 millions de téléspectateurs, soit 76% de part d'audience.

Le président avait établi un record d'audience absolu pendant le confinement avec une allocution le 13 avril suivie par 36,7 millions de téléspectateurs.

Comment se prépare un discours de politique générale?

C'est un passage obligé pour les Premiers ministres: le discours de politique générale est souvent leur premier grand oral devant les parlementaires. Mais comment se prépare-t-il? Pour en savoir plus sur les coulisses de cet événement politique, BFMTV a interrogé l'ancienne plume de Manuel Valls, Benjamin Djiane.

Un discours reporté

Lors de sa première prise de parole télévisée, le 3 juillet, Jean Castex avait annoncé son intention de prononcer son discours de politique générale la semaine de la nomination du nouveau gouvernement.

Le calendrier a finalement évolué, pour programmer cette déclaration après l'interview du 14-Juillet d'Emmanuel Macron, laissant ainsi la primeur des grandes annonces au chef de l'État.

L'heure du grand oral pour Jean Castex

Après l'interview du 14-Juillet d'Emmanuel Macron, au tour de Jean Castex de s'exprimer. Le Premier ministre doit prendre la parole à 15 heures devant l'Assemblée nationale pour son discours de politique générale, au cours duquel il déclinera la feuille de route du gouvernement pour les prochains mois.

Masque obligatoire dans les lieux clos à partir du 1er août, plan de relance industriel et écologique, dispositif pour l'emploi des jeunes... Le président de la République a égréné ce mardi plusieurs mesures, mais souvent sans rentrer dans le détail.

À Jean Castex de préciser les intentions de l'exécutif lors de son discours, qui sera suivi d'un débat durant 2h30, puis d'un vote. L'événement sera à suivre en direct sur BFMTV et BFMTV.com.

BFMTV