BFMTV

Ecoutes de la NSA: Paris exige de Washington la garantie que c'est fini

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, sur le perron de l'Elysée le 17 novembre 2012

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, sur le perron de l'Elysée le 17 novembre 2012 - -

Paris a demandé lundi à l'ambassadeur américain de lui assurer que l'interception de communications en France n'avaient "plus cours", et d'apporter "dans les plus brefs délais une réponse tangible".

Le Quai d'Orsay a demandé lundi à l'ambassadeur des Etats-Unis, convoqué au ministère des Affaires étrangères, de donner des assurances que l'interception de communications en France n'ont "plus cours", après de nouvelles révélations publiées lundi par Le Monde.

Charles Rivkin a été reçu dans la matinée par le directeur de cabinet de Laurent Fabius, Alexandre Ziegler.

"Nous lui avons rappelé que ce type de pratiques entre partenaires était totalement inacceptable et qu'il fallait nous assurer qu'elles n'avaient plus cours", a déclaré Alexandre Giorgini, sous-directeur de la presse au ministère des Affaires étrangères, lors d'un point presse.

Le sujet évoqué mardi avec John Kerry

Paris "a demandé que soit apportée dans les plus brefs délais une réponse tangible à notre préoccupation", a-t-il ajouté.

Le sujet sera évoqué mardi par le chef de la diplomatie, Laurent Fabius, avec son homologue américain John Kerry, lors d'un entretien prévu au Quai d'Orsay, avant une réunion des Amis de la Syrie à Londres.

"L'entretien de Monsieur Laurent Fabius avec son homologue américain demain matin portera essentiellement sur la situation en Syrie et les questions régionales mais ce sujet sera également évoqué", a précisé Alexandre Giorgini.

Conseil européen les 24 et 25 octobre

A la suite d'informations publiées sur le site internet du Monde, révélant l'interception massive de communications en France par l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA), le chef de la diplomatie française avait annoncé, lundi matin, la convocation "immédiate" de l'ambassadeur américain au Quai d'Orsay, jugeant ce "type de pratiques" attentatoires à la vie privée "inacceptable".

L'ambassadeur avait déjà été invité à fournir des explications au Quai d'Orsay le 1er juillet, à la suite des premières révélations sur les pratiques de la NSA.

Selon Lemonde.fr, la NSA a effectué 70,3 millions d'enregistrements de données téléphoniques de Français entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier 2013. Le site du Monde cite des documents de l'ancien consultant de l'agence américaine Edward Snowden, à l'origine de révélations en juin.

Après ces révélations, à la demande de la France, un groupe de travail Etats-Unis-UE sur la protection des données a été mis en place en juillet et s'est déjà réuni deux fois. Le Conseil européen des 24 et 25 octobre, qui sera en grande partie consacré aux enjeux du numérique, permettra de revenir sur cette question, a poursuivi Alexandre Giorgini.

M.G. avec AFP