BFMTV

Batho: "Je n'ai pas à m'excuser de la nocivité du diesel"

Delphine Batho

Delphine Batho - -

Le gouvernement veut bien tourner la page du tout diesel, qui pose un problème de santé publique, sans voir comment faire pour ne pas pénaliser les constructeurs et les consommateurs français. La ministre de l'Environnement réagit sur BFMTV.

"Je n'ai pas à m'excuser de parler de la nocivité du diesel", s'est emportée la ministre de l'Environement Delphine Batho, lundi soir sur le plateau de BFMTV. "C'est un problème de pollution et de santé publique, on ne peut pas femer les yeux."

La ministre socialiste, appuyée par sa comparse écologiste Cécile Duflot, a demandé, après qu'une étude a évoqué plus de 42.000 décès dus aux particules fines émises en partie par le diesel, de se saisir sérieusement du problème. Le diesel a été classé cancérigène en 2012 par l'Organisation mondiale de la Santé.

"Attaquer le diesel, c'est attaqué le made in France", a alors fustigé Arnaud Montebourg, rappelant, dimanche sur Europe 1, que l'industrie automobile française est performante dans le domaine et qu'une nouvelle prime à la casse n'est pas une solution.

"Il faut aider l'industrie automobile française à ne pas être sur des technologies d'arrière-garde", a répondu Delphine Batho.

"Jean-Marc Ayrault tranchera"

"Je ne dis pas qu'il faut aligner la fiscalité du diesel sur celle de l'essence du jour au lendemain mais je pense qu'il faut surtout aider au changement de véhicule". Notamment grâce à une "prime à la conversion" proposée aux propritéaires de véhicules diesel pour passer à "un véhicule écologique", prône la ministre qui roule elle en "hybride".

Delphine Batho réfute aussi toute cacophonie gouvernementale sur le sujet. "Je n'ai jamais été prise en défaut de solidarité, Jean-Marc Ayrault tranchera, a-t-elle coupée court, mais l'écologie est une question de tous les jours, pas seulement quand tout va bien."

A LIRE AUSSI:

>> Comment tourner la page du diesel ?