BFMTV

Ayrault: Copé est "un irresponsable et un menteur"

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault dénonce les propos de Jean-François Copé, le 13 décembre 2013 à Paris.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault dénonce les propos de Jean-François Copé, le 13 décembre 2013 à Paris. - -

Jean-Marc Ayrault a réagi aux critiques formulées par Jean-François Copé après la publication d'un rapport sur l'intégration en France.

Rien ne va plus entre Jean-Marc Ayrault et Jean-François Copé. Le Premier ministre n'a pas pris de pincettes pour répondre aux réserves formulées par le président de l'UMP au sujet du rapport sur l'intégration, remis en novembre au Premier ministre et publié vendredi.

"Faire le procès au gouvernement, que nous voudrions abandonner le modèle républicain d'intégration, est une injure", a rétorqué Jean-Marc Ayrault.

"Jean-François Copé est à côté de la plaque, il a un problème, l'UMP a un problème, c'est son électorat qui file de plus en plus vers l'extrême droite et qu'il ne sais pas retenir", a fustigé Jean-Marc Ayrault.

Et d'insister: "Ce n'est pas parce que je reçois des rapports que c'est la position du gouvernement."

Pas de signes religieux à l'école

Un peu plus tôt dans la journée, Jean-François Copé avait formellement demandé au gouvernement de ne pas mettre en oeuvre ce rapport. "Notre République serait en danger si vous cédiez à cette tentation en mettant en oeuvre, ne serait-ce qu'à minima, un rapport dont l'intention est de déconstruire (...) cette République", avait-il invoqué, dénonçant un rapport "en rupture totale avec notre vision de l'assimilation républicaine" qui "propose d'ériger le communautarisme en nouveau modèle pour la France".

Le gouvernement ne veut "évidemment pas" autoriser les signes religieux à l'école, a encore assuré Jean-Marc Ayrault, avant d'accuser l'UMP d'avoir "abandonné la politique d'intégration".