BFMTV

Gérald Darmanin déplore qu'à Paris, on ne puisse pas dîner dehors pour "moins de 200 euros"

-

- - ERIC PIERMONT / AFP

Dans une conférence donnée à la Sorbonne, le ministre de l'Action et des Comptes publics a expliqué devoir "comprendre ce que c'est de vivre avec 950 euros par mois quand les additions dans les restaurants parisiens tournent autour de 200 euros".

A la Sorbonne jeudi pour assister aux États de la France, l'ancien élu de Tourcoing s'exprimait sur la révolte des gilets jaunes et expliquait que le gouvernement devait tenter de comprendre la grogne pour éviter un "Brexit intérieur".

S'épanchant sur les inégalités de revenus entre les Français, le ministre s'est lancé dans une démonstration très commentée sur les réseaux sociaux. 

"Nous devons tous intégrer et pas seulement expliquer, mais entendre et comprendre, ce que c'est de vivre avec 950 euros par mois quand les additions dans les restaurants parisiens tournent autour de 200 euros, lorsque vous invitez quelqu'un et que vous ne prenez pas de vin."

Il a prononcé ces mots lors d'une rencontre entre investisseurs étrangers. Des mots qui renvoient à des restaurants où le niveau de tarif est très élevé, y compris pour la capitale. En effet, à une centaine d'euros par personne, sans le vin, c'est par exemple le prix d'un "menu Plaisir" chez la célèbre cheffe étoilée Anne-Sophie Pic. 

Ce que c'est de vivre avec 950 euros par mois

Il a ensuite appelé à "écouter et entendre la détresse identitaire, sociale, qui n'est pas fondée que sur une question de pouvoir d'achat".

Dans un tweet publié ce vendredi, le ministre a fait une mise au point après les nombreuses réactions à ses mots, dénonçant de la "malhonnêteté intellectuelle" et une "fake news". "Pointer la déconnexion, ce n'est pas la revendiquer. Peut-être auriez-vous dû assister à la réunion pour en parler (avant d'en faire tout un plat)" a-t-il ajouté, s'en prenant à l'hebdomadaire Marianne. 

Claire Rodineau