BFMTV

Pour l'unité du FN, Jean-Marie Le Pen demande aux adhérents "l'amnistie des exclus"

Jean-Marie Le Pen

Jean-Marie Le Pen - AFP

Jean-Marie Le Pen veut, devant les adhérents du Front national, tirer le bilan politique de cette année électorale. Le fondateur du FN juge ainsi la présidentielle et les législatives "décevantes" face aux "aux succès significatifs" du parti dirigé désormais par sa fille par le passé. Dans un courrier de quatre pages, Jean-Marie Le Pen critique en fait l'influence de "Philippot et ses amis" sur sa fille Marine Le Pen et le "virage idéologique" pris par le FN. Et c'est à ce titre qu'il estime "après réflexion, avoir été sacrifié dans le cadre de la campagne de dédiabolisation". 

Revenant sur l'échec de Marine Le Pen à la présidentielle, il minimise l'impact du débat raté face à Emmanuel Macron. Cruel, il rappelle aux militants que si François Fillon n'avait "pas été accablé par la campagne de dénonciation d'emplois fictifs", il se serait qualifié pour le second tour. 

Pour Jean-Marie Le Pen, il est nécessaire que "le Front national revienne aux fondamentaux et rétablisse l'unité (...) ce qui implique l'amnistie des exclus". Lui en tête donc. On en est encore loin si on note le Post scriptum de cette lettre. Il souligne l'effacement de son nom des membres de droit du Comité central du FN. Un "caviardage" que Jean-Marie Le Pen a fait constaté par huissier. Le début d'un nouvel épisode au FN?

S.A.