BFMTV

Philippot: Hollande "instrumentalise un lieu de mémoire"

Florian Philippot lors du défilé annuel du Front national le 1er mai 2015, à Paris.

Florian Philippot lors du défilé annuel du Front national le 1er mai 2015, à Paris. - Florian Phili Thomas Samson - AFP

Florian Philippot (FN) a reproché vendredi à François Hollande d'avoir instrumentalisé "un lieu de mémoire, un lieu de souffrance, pour faire de la politique politicienne", après ses propos dénonçant "ceux qui utilisent les angoisses pour diviser", tenus au camp des Milles, près d'Aix-en-Provence.

Le vice-président du Front national a déclaré sur RFI ne pas s'être senti "du tout" visé par le discours, jeudi, du chef de l'Etat. "Je trouve assez choquant que le chef de l'Etat instrumentalise ainsi un lieu de mémoire, un lieu de souffrance, pour faire de la politique politicienne", a-t-il déclaré. Dans le lieu symbolique du camp d'internement et de déportation des Milles, François Hollande a mené jeudi la charge contre le racisme et les discriminations.

"La République ne connaît pas de races ni de couleurs de peau. Elle ne reconnaît pas de communautés", a-t-il notamment lancé. Florian Philippot a rebondi sur cette phrase, et citant le Conseil représentatif des associations noires de France (Cran), a déclaré : "J'imagine qu'il va arrêter de subventionner ce type d'associations, puisque qu'il rappelle lui-même que ça n'est pas ça la République française".

la rédaction avec AFP