BFMTV

Le Pen: "Si ce gouvernement avait le sens de l'honneur, il aurait remis sa démission"

Marine Le Pen sur le plateau de France 2.

Marine Le Pen sur le plateau de France 2. - Capture France 2

Moins d'un mois après avoir annulé sa participation à l'émission Des paroles et des actes, Marine Le Pen était l'invitée mardi soir du 20 Heures sur France 2. Interrogée sur les mesures prises par François Hollande pour lutter contre le terrorisme au lendemain des attentats de Paris, la présidente du Front national s'est lancée dans un plaidoyer contre l'action gouvernementale. 

"Les mesures qui ont été annoncées sont des mesurettes", a-t-elle asséné, dénonçant un effet de "communication".

Selon Marine Le Pen, le renforcement des contrôles aux frontières, la possible déchéance de la nationalité française ou l'instauration de "visas de retour" pour ceux partis en Syrie, sont des dispositions "piochées dans la besace du FN". "Mais le problème de ce gouvernement, mais des précédents aussi, c'est quand ils prennent la bonne route, ils s'arrêtent au milieu du chemin", critique la présidente du FN.

Appel à la démission du gouvernement

Pour elle, le problème doit être réglé en amont, pointant du doigt l'arrivée de migrants en France. Il faudrait alors "s'occuper des frontières nationales" et "lutter contre le fondamentalisme islamiste qui pullule sur le territoire". Des problématiques oubliées, selon la patronne du Front national, par les différents gouvernements qui "ont failli".

"La politique pénale n'est pas à la hauteur", prévient Marine Le Pen, assurant que le prolongement de l'état d'urgence ne servirait à rien. "Pour quoi faire?", s'est-elle interrogée. "Pour arrêter 23 personnes?" Pour la présidente du Front national, une seule solution: "Si ce gouvernement avait le sens de l'honneur, ils auraient remis leur démission."

J.C.