BFMTV

Jean-Marie Le Pen dénonce les "jeunes trous du cul" qui veulent "remplacer les vieux cons"

Jean-Marie Le Pen, le 1er mai dernier, devant sa fille Marine.

Jean-Marie Le Pen, le 1er mai dernier, devant sa fille Marine. - Kenzo Tribouillard - AFP

Le président d'honneur du Front national a publié sur son blog le texte qu'il a lu lundi devant les cadres du parti, réunis en instance disciplinaire pour juger de ses récents propos controversés sur Pétain et les chambres à gaz.

Jean-Marie Le Pen ne cache plus son amertume. Vendredi soi, le patriarche déchu du Front national a publié une déclaration sur son blog, sous forme de réquisitoire, dans laquelle il soutient que le parti dirigé par sa fille est "loin" d'être "aux portes" du pouvoir. Un texte qu'il a lu lundi dernier devant la quarantaine de membres du bureau politique du FN, réunis à Nanterre pour débattre et décider de son avenir.

"Ne nous faisons pas d'illusions sur la force réelle du mouvement. Le fait, réel, d'arriver en première position lors des européennes et des départementales", en mai 2014 et en mars 2015, "ne doit pas nous aveugler. Le chiffre des voix obtenues doit être la vraie référence. Notre organisation, en progrès, reste très imparfaite, ainsi que la formation de nos cadres", écrit en substance Jean-Marie Le Pen.

Une convocation "immorale et scandaleuse"

Le fondateur du parti s'indigne par ailleurs longuement d'avoir été convoqué par "la présidente du mouvement", sa fille, devant les instances disciplinaires du parti. Une assignation qu'il juge 'indélicate, injustifiée, immorale, et scandaleuse". "On m’a reproché de ne pas avoir respecté la 'ligne du FN'. Mais laquelle? Celle de la Présidente? Celle de tous ceux qui pondent dix à quinze communiqués par semaine?", raille Jean-Marie Le Pen, dénonçant ceux qui veulent "faire table rase du passé".

"Remplacer les vieux cons par les jeunes trous du cul", résume Jean-Marie Le Pen, 86 ans, avec sa verve habituelle.

Malgré ses critiques contre sa fille, le choix de celle-ci semble validé par les Français: plus de trois Français sur quatre (78%) jugent la suspension de Jean-Marie Le Pen "plutôt une bonne chose" pour le parti, selon un sondage Odoxa pour Itélé publié vendredi. Marine Le Pen reproche notamment à son père d'avoir répété sur BFMTV et RMC sa vision des chambres à gaz, "détail" de l'histoire de la Seconde Guerre, et d'avoir défendu le maréchal Pétain dans les colonnes de l'hebdomadaire d'extrême droite Rivarol.

A. G.