BFMTV

Fête de la musique: quand un maire FN tente de museler les artistes

Franck Briffaut le 4 mars 2015, à Villers-Cotterets.

Franck Briffaut le 4 mars 2015, à Villers-Cotterets. - PHILIPPE HUGUEN - AFP

Par peur de se faire critiquer par les artistes qui se produiront dans sa commune pour la Fête de la musique, le maire FN de Villers-Cotterêts, dans l'Aisne, a intégré une clause à leur contrat, avant de se raviser.

Franck Briffaut, le maire de la ville de Villers-Cotterêts, semble vouloir garder la totale maitrise de sa communication. Et pour cause. Par peur de se faire critiquer par les artistes qui se produiront dans sa commune le 21 juin à l'occasion de la Fête de la musique, il a décidé d'ajouter une clause à leur contrat, rapporte un article Presse Océan et relayé par Le Figaro. Elle stipule que "Les artistes s’engagent, dans le cadre de leur prestation artistique, à respecter le principe de neutralité politique. À défaut, la prestation ne sera pas rémunérée".

Un groupe déprogrammé

En refusant de signer cette clause, le groupe nantais Gabriel Saglio & Les Vieilles Pies, qui avait obtenu un premier aval de la mairie, s'est finalement trouvé déprogrammé, perdant au passage un cachet non négligeable de 2.600 euros. "Je trouve ça plutôt intéressant de jouer dans des villes FN, je ne joue pas pour ceux qui m'embauchent mais pour le public. Nous avons expliqué notre refus d’ajouter au contrat cette clause sans aucune valeur juridique. Je n’ai jamais été un tribun politique sur scène. Je n’avais d'ailleurs pas l’intention de m’y atteler. Notre message d’ouverture à la richesse de toutes les cultures est un message déjà suffisamment politique en ces temps de repli sur soi", a confié au quotidien de Loire-Atlantique le leader du groupe.

Une clause annulée "exceptionnellement"

Finalement, le maire de la ville, qui s'était déjà illustré en 2014 et 2015 pour des faits similaires, a décidé de faire marche arrière et de supprimer "exceptionnellement" cette clause des autres contrats artistiques, tout du moins pour cette fois, relate France Info. "On a essayé avec une autre méthode sans clause et ça fait deux années qu'on nous 'fout le brin'. Moi, j'aime les choses claires. Je préfère le dire avant, pour qu'il n'y ait pas de problème le jour du spectacle. Là, on nous a tendu une embuscade l'année dernière. Il est très désagréable de se faire prendre en otage le jour du spectacle devant la population. Parce qu'en plus, ces gens-là avaient même refusé publiquement de me serrer la main. Excusez-moi mais ça, ce n'est plus de l'art", a-t-il confié.

La mairie qui a finalement remplacé le groupe Gabriel Saglio & Les Vieilles Pies les a invités pour la prochaine Fête de la musique. Le groupe se tâte encore...

Aurore Coulaud