BFMTV

Le Parti communiste, un congrès pour se relancer ?

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, et Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, et Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche - -

Lors de son 36e congrès, qui se tient de jeudi à dimanche à Saint-Denis, le Parti communiste compte bien redorer son blason pour tenter d’incarner une nouvelle alternative politique à gauche, un an avant les élections européennes et municipales.

"Rassembler et mobiliser" seront les mots d'ordre de ce 36e congrès du Parti communiste française (PCF), qui se tient jusqu’à dimanche aux docks de Paris, à Saint-Denis. Objectif annoncé : rajeunir les instances dirigeantes du parti et faire pression sur la politique du gouvernement, à un peu plus d’un an des élections européennes et municipales.

Le PCF moins ringard qu'avant

Il faut dire qu’au Parti socialiste, les critiques se multiplient. Mercredi, Jean-Christophe Cambadélis, député PS de Paris, s'est plu à souligner la contradiction entre un PCF appelant, à la suite de Jean-Luc Mélenchon, à lutter contre l'austérité, "portée on l'a compris par le PS", et qui propose dans le même temps pour les municipales un rassemblement le plus large possible à gauche pour faire échec à la droite et l'extrême droite.

"Notre positionnement est très, très clair", répond en souriant Pierre Laurent, secrétaire national du PCF avant d'ajouter: "Le cap actuel de la politique gouvernementale ne nous convient pas. Nous n'acceptons pas la perspective de l'échec d'une politique de gauche". Un positionnement qui semble plaire puisque selon un sondage Ifop paru dans L'Humanité, le PCF apparaît aujourd'hui moins ringard qu'il n'a pu l'être ces dernières années. Il est en effet perçu comme "un parti qui s'est transformé" par 30% des sondés, contre 23% il y a trois ans.

Le Front de gauche, une menace ?

"Ce congrès va marquer une étape supplémentaire et significative de l'avancée de la transformation du parti", assure Pierre Laurent qui parle de "communisme de nouvelle génération". La question du positionnement au sein du Front de gauche et ses rapports avec Jean-Luc Mélenchon devraient également être au centre des débats.

Le PS n'étant visiblement pas le seul à pointer du doigt la question de l'identité du PCF puisque 58% des personnes interrogées (42% d'avis en sens contraire) estiment que "l'existence du Front de gauche risque de conduire à la disparition de l'identité du Parti communiste". Cette idée est même partagée par 45% des sympathisants du Front de gauche.

T. R. avec AFP