BFMTV

Gollnisch marginalisé au FN: "Une tempête dans un verre d'eau"

Alors que le bureau politique du Front national a adopté une motion demandant à Bruno Gollnisch de quitter le bureau exécutif du parti, après sa participation au rassemblement du 1er mai organisé par Jean-Marie Le Pen, le député européen a assuré "rendre service à la cause de Marine Le Pen".

Ce lundi, le Front national a adopté une motion priant Marie-Christine Arnautu et Bruno Gollnisch d'abandonner leurs fonctions au sein du parti. Les deux membres du bureau exécutif du FN s'étaient rendus dimanche 1er mai au rassemblement organisé par Jean-Marie Le Pen, désormais indésirable.

Pour Bruno Gollnisch, "cette affaire est une tempête dans un verre d'eau". "Mon intention était d'assister au dépôt de gerbe de Jean-Marie Le Pen, dès lors que Marine Le Pen avait annoncé la suppression de la cérémonie traditionnelle", s'est-il défendu.

"On n'est pas responsable de tout ce que l'on entend", a clamé le député européen, jugeant le discours de Jean-Marie Le Pen comme "étant plutôt un appel à l'unité".

"Ma crainte, ce n'est pas ma situation"

Bruno Gollnisch entend bien rester fidèle à ses propos. "Je tiens un langage. Ce socle de convictions est partagé par un très grand nombre d'adhérents, de sympathisants, de militants et d'électeurs", a-t-il assuré. C'est pourquoi il ne décidera pas de sa démission du parti "le couteau sous la gorge" et prendra le temps de consulter ses amis.

"Je rends service au Front national et à la cause de Marine Le Pen", a-t-il déclaré, poursuivant: "Si nous sommes désavoués de cette façon, je crains que cela ne renforce l'inquiétude de beaucoup d'électeurs".

Malgré la motion à son encontre, l'ancien député du Rhône a réaffirmé son soutien à Marine Le Pen en vue de l'élection présidentielle de 2017. "Je souhaite qu'elle gagne", a-t-il confié en posant la problématique du programme du Front national. Selon lui, "le problème est de gagner, mais aussi de savoir ce que l'on fera quand on aura gagné".

F. H.