BFMTV

A Béziers, Robert Ménard vexe Marion Maréchal-Le Pen

Robert Ménard, le maire de Béziers, a poursuivi ce samedi ses "rendez-vous" rassemblant des personnalités d'extrême droite afin de peser sur la prochaine présidentielle de 2017.

Il veut peser sur la prochaine présidentielle. Robert Ménard, le maire de Béziers, a lancé ce samedi les "rendez-vous de Béziers" afin de formuler, en présence de personnalités d'extrême-droite, une liste de propositions en vue des futures échéances électorales. Mais celui qui a été élu avec le soutien du Front national prévient, "Oz ta droite!", le mouvement qu'il a lancé la semaine dernière, ne sera le "marchepied de personne".

"On n'est le marchepied de personne. Mon seul souci, c'est le peuple de droite", a affirmé Robert Ménard à l'ouverture de la deuxième journée de son "Rendez-vous de Béziers".

Départ précipité de Marion Maréchal-Le Pen

Mais à peine commencée, la réunion du jour a été perturbée par le départ de Marion Maréchal-Le Pen qui devait portant rester une partie de l'après-midi. La député FN a peu apprécié les déclarations de Robert Ménard. Déjà vendredi soir, elle avait prévenu: "Je ne suis pas là pour inaugurer un parti concurrent". Et le maire de Béziers, répondant à une question sur le parti à la flamme, l'assure: "Je ne sers pas de marchepied au Front national."

"Mes rapports, ce sont des rapports d’indépendance, poursuit-il devant la presse. J’ai d’excellent rapport avec Marine Le Pen. 80% des idées qu’elle développe je suis d’accord mais les 20% de désaccords sont importants. On veut toujours nous placer dans le jeu politique mais le problème c’est qu’on veut le renverser ce jeu politique."

Et de poursuivre en assurant avoir "de l'amitié pour elle et pour Marine mais aujourd'hui le lieu n'est pas d'appeler à voter pour un parti". La direction du parti d'extrême droite a tenté d'apaiser les tensions, Floriant Philippot assurant que "le FN ne cherche aucun marchepied, juste à convaincre les Français qui aiment la France, sur ses idées patriotes".

"Gagner avec plus que Marine Le Pen"

Convaincre c'est aussi l'ambition de Robert Ménard qui souhaite "s'imposer dans le débat public". "Ce que je veux dire aux participants, c'est, 'Avec ces propositions, vous vous battrez chacun à votre manière pour les imposer'", a-t-il scandé.

"On ne demandera pas aux partis 'Soyez gentil de répondre à nos propositions', on sera un peu plus offensif que ça", a souri l'ancien journaliste.

Son objectif, "forcer les uns et les autres" chez Les Républicains et au FN "à travers ce mouvement citoyen" qui ne sera "pas un parti politique". Car pour Robert Ménard, "une bonne partie de l'électorat des Républicains pense la même chose que l'électorat FN". "Gagner seulement avec Marine Le Pen c'est impossible. Il faut gagner avec plus que Marine Le Pen".
J.C. avec AFP