BFMTV

Hulot: "Ceux qui ont rencontré Mandela ont été touchés par la grâce"

Nicolas Hulot

Nicolas Hulot - -

Nicolas Hulot a rencontré à plusieurs reprises Madiba et estime qu'il s'agit d'"une perte pour l'humanité".

"Je suis pronfondément triste. C'est une perte pour l'humanité. C'est une perle qui s'en va. Le XXIe siècle a besoin de ce genre d'hommes", a dit Nicolas Hulot vendredi sur BFMTV, des trémolos dans la voix, au lendemain de la mort de Nelson Mandela.

"Tous ceux qui ont rencontré Mandela ont été touché par sa grâce", a poursuivi Nicolas Hulot qui était en Afrique du Sud lorsqu'il était jeune photographe. Et alors qu'un sommet franco-africain se tient à Paris, "l'Afrique perd son phare, son plus grand homme", a-t-il estimé.

"C'est une coïncidence triste que l'Afrique soit réunie en ce jour mais toutes les larmes ne remplaceront jamais la perte que représente Mandela".

Le président sud-africain a été emprisonné 27 ans avant de reprendre la lutte contre l'apartheid dans son pays avec Frederik De Klerk. Ensemble, ils ont obtenu en 1993 le prix Nobel de la paix.

"Ce moment qui aurait pu n'être que de la haine, il l'a remplacé en amour, il était plus que vrai, ses yeux montraient qui il était", a poursuivi Nicolas Hulot.

"Revenir à plus d'humilité"

"Quand Nelson Mandela a été élu président en 1994, il a invité à dîner le procureur qui avait requis la peine de mort contre lui dans un souci de compréhension", a rappelé Nicolas Hulot, qui a nommé son fils Nelson en hommage au "plus grand homme du XXe et du XXIe siècle".

L'ancien candidat à la primaire EELV en 2012 raconte également avoir assisté à un échange entre Jacques Chirac et Nelson Mandela. "Madiba l'a pris par les épaules et l'a supplié de s'opposer à la guerre en Irak", a-t-il expliqué, "tout en le regardant droit dans les yeux".

"Le message de Nelson Mandela, c'est de revenir à plus d'humilité", a affirmé Nicolas Hulot.

"On a tous un rôle à tenir"

"L'homme peut être un médicament pour l'homme", a réagi de son côté Lilian Thuram. "L'humanité, la liberté, ne se donne pas, elle se gagne et c'était son combat".

"Il faut profiter de ce moment de recueillement pour réfléchir à notre société et au combat de Nelson Mandela. On a tous un rôle à tenir", a poursuivi l'ancien footballeur.

Samuel Auffray