BFMTV
Europe Ecologie les verts

Eva Joly: Hollande et Ayrault ont été d'une "naïveté coupable"

L'ancienne candidate EELV à la présidentielle 2012, Eva Joly, sur le plateau de BFMTV le 8 avril 2013

L'ancienne candidate EELV à la présidentielle 2012, Eva Joly, sur le plateau de BFMTV le 8 avril 2013 - -

Invitée de BFMTV/RMC lundi matin, l'ancienne candidate EELV à la présidentielle, ancienne magistrate, a fustigé le comportement de l'exécutif dans l'affaire Cahuzac et réclamé des mesures fortes pour lutter contre l'évasion fiscale.

"J'irai manifester le 5 mai avec Jean-Luc Mélenchon". Eva Joly a fustigé lundi matin sur BFMTV le scandale de l'affaire Cahuzac et "les mesures insuffisantes" qui ne permettent pas aujourd'hui de lutter véritablement contre la fraude fiscale.

Dans la rue le 5 mai

"Je serai dans la rue et je pense que beaucoup de militants EELV seront aussi dans la rue", a-t-elle expliqué, s'associant à l'initiative lancée vendredi par Jean-Luc Mélenchon mais refusant toutefois de se prononcer sur la présence ou non des ministres Cécile Duflot et Pascal Canfin.

Une annonce saluée d'un tweet par Eric Coquerel, secrétaire national du Parti de gauche.

Eva joly appelle à manifester le 5 mai pour la 6e république. Bienvenue parmi les organisateurs Eva ! #pg #fdg
— coquerel eric (@ericcoquerel) April 8, 2013

"Nous voulons un vrai combat pour lutter contre la fraude fiscale", a-t-elle martelé, énumérant les mesures prioritaires à prendre: "la fin du cumul des mandats tout de suite, une autre loi sur la finance et que la France demande à l'Europe l'obligation pour l'ensemble des établissements financiers de la planète de transmettre les informations sur leurs comptes", comme le prévoit notamment la loi Facta américaine ("Foreign account tax compliance act").

Hollande et Ayrault, une "naïveté coupable"

Interrogée sur le rôle de François Hollande et Jean-Marc Ayrault dans cette affaire, Eva Joly a dénoncé "une naïveté coupable". "Tout était sur la table. Ils ont été d'une naïveté coupable", a-t-elle fustigé à l'intention de l'exécutif.

Quant à Pierre Moscovici, Eva Joly a jugé qu'il y avait "un mélange des genres très gênant". "Il a mis le gouvernement dans une situation impossible. Je pense qu'il a utilisé les moyens de l'administration et que cela a créé un conflit d'interêt qui n'aurait pas du être. S'il a couvert sciemment son ministre délégué, il doit démissionner. Je pense que nous finirons par tout savoir."

"Que les ministres publient leur déclaration de patrimoine"

Interrogée sur la contestation qui gronde et l'Etat de la Ve République, Eva Joly a estimé qu'il était sans doute temps de tourner une page. "On ne peut pas solliciter le suffrage de ses concitoyens et avoir des casseroles", a-t-elle tranché, évoquant une Ve république à bout de souffle.

Et d'appeler de ses voeux une "opération mains propres" à la française. Enfin, rappelant que plusieurs ministres et élus avaient déjà diffusé publiquement leur déclaration de patrimoine, à l'image de Cécile Duflot, Laurent Wauquiez ou encore Marie-Arlette Carlotti, Eva Joly a réclamé que tous les ministres suivent leur exemple.

Sandrine Cochard