BFMTV

Revue de presse : la pesante "solitude" française au Mali

Beaucoup de journaux consacrent leur une au Mali.

Beaucoup de journaux consacrent leur une au Mali. - -

La presse française mardi salue l'initiative française d'intervenir très rapidement dans le conflit malien, mais s'inquiète de sa position esseulée parmi ses voisins européens.

Si l'intervention française au Mali est globalement soutenue par la communauté internationale, la France ne peut se permettre de rester "esseulée" en première ligne, insiste la presse mardi.

A l'instar du Figaro, pour qui "la détermination dont a fait preuve le président François Hollande en déclenchant les opérations militaires mérite d’être saluée" (Pierre Rousselin), la presse approuve l'intervention contre les forces jihadistes au Mali.

François Hollande "a eu raison" et "a fait le choix du moindre mal – en l'occurrence le meilleur", affirme dans Le Monde Alain Frachon. Mais le directeur du quotidien du soir ajoute aussitôt que "la France ne peut rester seule" et "l'opération Serval ne doit avoir qu'un temps – limité".

"Toutes les apparences de la légalité internationale ont beau être sauves, la France agit seule au Mali" et elle "doit maintenant préciser –si toutefois elle le sait– quand, comment et à qui revient la lourde charge de gérer la situation à sa place", estime dans Libération Nicolas Demorand.

-
- © -

Les voisins peu pressés d'aider

"L’armée française est au front, attendant des renforts. Combien de temps ?", se demande Jean-Christophe Ploquin dans La Croix.

"Car si la France dispose d’un soutien 'presque unanime' de la communauté internationale, elle se retrouve également un peu esseulée en première ligne de la guerre au terrorisme", analyse Laurent Marchand dans Ouest France.

Philippe Waucampt constate en effet dans le Républicain Lorrain que les partenaires européens, "au-delà de la solidarité de principe, ne semblent pas pressés d’épauler la France dans une riposte militaire concertée face à la menace venue des sables du Sahel".

-
- © -

D'autant qu'il y a urgence : "des bombardements aériens ne suffiront pas à chasser définitivement les talibans sahariens de leurs places fortes", souligne Hervé Favre de La Voix du Nord.

Sans compter que, "la France se retrouve en première ligne en Afrique, avec tout ce que cela comporte d'ambiguïtés pour l'ancienne puissance coloniale", relève Jacques-Hubert Rodier dans le quotidien économique Les Echos.

"Il faut savoir terminer une guerre, tant il est exclu pour l'ex-puissance coloniale de se dresser en gendarme de l'Afrique", renchérit Le Courrier picard sous la plume de Didier Louis.

Dans ce contexte, "la solitude pourrait rapidement nous peser", affirme Jacques Camus, dans La Montagne-Centre France, ajoutant avec une mordante ironie qu'"il est bien que tout le monde soit derrière nous mais… pas trop loin quand même!"

A. G. avec AFP