BFMTV

Hollande prend la menace d'Aqmi "très au sérieux"

François Hollande à l'Elysée avec son homologue polonais, mardi 7 mai.

François Hollande à l'Elysée avec son homologue polonais, mardi 7 mai. - -

Le président français a réagi mardi à l'appel d'Aqmi d'attaquer les intérêts français "partout dans le monde" en estimant que la menace était "réelle"

La France prend "au sérieux" la menace d''Al Qaïda au Maghreb islamique. Après l'avertissement du groupe terroriste de frapper les intérêts français dans le monde, François Hollande a estimé mardi que la menace terroriste n'avait "pas disparu", tout en renouvellant sa volonté de la "conjurer".

A l'occasion d'une conférence de presse à l'Elysée avec son homologue polonais, le président français a ainsi déclaré que la France avait "infligé des pertes considérables à Aqmi par l'intervention au Mali", tout en admettant que "les réseaux d'Aqmi existent en dehors du Mali".

"Protéger nos installations"

Par conséquent, il a estimé que "l'intervention au Mali" serait poursuivie "le temps nécessaire", "même s'il y a une réduction de notre présence". Ceci afin de "maintenir une vigilance autour du Mali pour continuer à lutter contre le terrorisme".

"Mais nous avons aussi à protéger nos installations, et c'est ce que j'ai donné comme instruction afin que nous puissions ne pas être victimes de je ne sais quelle opération d'Aqmi", a-t-il ajouté.