BFMTV

Hollande au Vatican: les jeunes catholiques mettent la pression

Un collectif de catholiques français a écrit au pape pour qu'il se fasse leur intermédiaire auprès de François Hollande

Un collectif de catholiques français a écrit au pape pour qu'il se fasse leur intermédiaire auprès de François Hollande - -

Dans un courrier publié sur CitizenGo [Une fondation espagnole], ils alertent le souverain pontife "du profond malaise et de l'inquiétude grandissante de nombreux catholiques de France".

"Manif pour tous" contre le mariage homosexuel, manifestation pour revenir sur le loi autorisant l'avortement à l'instar de l'Espagne, euthanasie, "profanation" de Notre-Dame par les Femen... un collectif de catholiques français monte au créneau contre la politique de l'exécutif.

A l'occasion de la visite de François Hollande au Vatican, ils comptent sur le pape François, en personne, pour relayer leurs inquiétudes mais réfutent toute orientation, et rejettent toute tentative de récupération politique de leur action. Dans ce courrier signé plus de 100.000 personnes jeudi, et publié sur CitizenGo [Une fondation espagnole], ils alertent le souverain pontife "du profond malaise et de l'inquiétude grandissante de nombreux catholiques de France face à la promotion par son gouvernement d'atteintes majeures aux droits fondamentaux de la personne humaine".

"Le nombre de signataires montre que notre intuition de départ était juste, assure Julie Graziani du collectif à BFMTV.com. J'aime bien l'idée de lanceurs d'alerte [terme utilisé notamment pour l'ex analyste de la NSA Edward Snowden] et nous vantons les mérites de la démocratie participative. Voire de la désobéissance civile s'il le faut".

Une nouvelle "communication directe"

Le collectif de jeunes catholiques regroupe "une centaine de trentenaires et de quarantenaires, pères et mères de famille. Nous nous sommes rencontrés à l'occasion des manifestations contre la loi Taubira [pour la mariage homosexuel]", détaille cette mère de famille de trois enfants qui a battu le pavé dimanche aux côté des anti-IVG. Leur ambition est "de faire remonter la réalité du terrain, la réalité de la base".

Plus loin dans leur lettre, ils insistent sur le "malaise, car les catholiques de France qui se sont levés en masse l’an dernier pour crier leur opposition à la loi dite du "mariage pour tous" [...] n’ont pas été écoutés par Monsieur François Hollande. Ces manifestations, bien que non violentes, ont été réprimées dans des conditions indignes".

Le Vatican est déjà informé de leur démarche et les premiers retours sont "bienveillants", assure-t-on. "Très Saint Père vous saurez, bien évidemment, trouver mieux que nous, les mots pour exprimer notre malaise sur l’ensemble des sujets évoqués", écrit le collectif.

Pour autant, personne ne fanfaronne: "C'est la décision du pape. Un petit mot en privé [à François Hollande] ce serait bien. Mais bien sûr une intervention publique du pape renforcerait notre position".

"Evidemment un infléchissement de la politique en France serait une vraie réussite mais nous n'y croyons pas", précise Julie Graziani.

"Le droit canon permet de s'adresser au pape"

Une pétition circule aussi sur la Toile pour demander une visite de François en France. D'ailleurs, ce mode de "communication directe" à destination du pape est "une nouveauté dans la culture catholique", détaille La Vie.

"On ne s'est pas posé la question, affirme Julie Graziani. Le droit canon permet de s'adresser au pape comme lui peut s'adresser aux fidèles. La personnalité de François et ses appels à s'engager pour sa foi nous ont aussi incités".

La missive doit être remise au pape François par monseigneur Luigi Ventura, nonce apostolique à Paris à qui les signatures ont été remises mercredi à Paris après un entretien de 30 minutes. Maintenant, la supplique devrait être transmise à la Secrétairie d’Etat au Vatican qui pourrait la remettre à son tour dans le courrier du Pape.

Samuel Auffray